Résultats Parrot : les drones dépassent la voiture connectée

EntrepriseManagement
parrot-resultats-t1-2015

Les drones pèsent de plus en plus lourd dans l’activité de Parrot, qui réorganise ses équipes en conséquence tout en lorgnant sur la voiture connectée.

Le business des drones prend de l’importance chez Parrot.

Cette activité représente 49 % du chiffre d’affaires du groupe sur le 1er trimestre 2015, contre 16 % un an plus tôt. Avec 34,6 millions d’euros de facturations, elle compense pour partie le recul des ventes enregistré sur les segments de l’automobile (- 9 %, à 31,9 millions d’euros) et des objets connectés (- 14 %, à 4,2 millions d’euros).

Le CA global de Parrot sur la période du 1er janvier au 31 mars 2015 ressort en hausse annuelle de 48 %, à 71 millions d’euros (+ 34 % à taux de change constant), mais la marge brute diminue : – 5,2 points, à 44,6 %. Et le résultat net reste dans le rouge, à – 5,1 millions, contre – 3,6 millions un an plus tôt. En outre, la trésorerie a fondu : 66 millions d’euros, contre 77,2 millions au 31 décembre 2014.

L’entreprise fondée en 1994 par Henri Seydoux impute ces pertes aux investissements consentis en R&D (+ 3,2 millions d’euros d’une année sur l’autre, à 21 % du chiffre d’affaires) pour soutenir le développement de son offre de drones. Laquelle dégage néanmoins toujours un résultat d’exploitation négatif (- 3,3 millions d’euros).

Evoquant un phénomène de saisonnalité pour justifier ralentissement de son activité par rapport à la période des fêtes de fin d’année, Parrot entretient des ambitions à court terme sur le segment des drones. Notamment avec le modèle BeBop, commercialisé depuis quelques mois et qui entre dans la catégorie des drones de transport (83 % du CA de l’activité drones, contre 17 % pour les drones civils et commerciaux exploités dans l’agriculture, la cartographie ou encore la surveillance).

Au 31 mars 2015, Parrot compte 948 employés, dont 502 en R&D. Une partie de ces ingénieurs, impliquée jusqu’alors sur les technologies destinées à l’automobile, a été reclassée sur les drones dans le cadre d’un plan de mobilité interne.

En parallèle, les forces de ventes pour l’activité drones ont été renforcées ; et les dépenses marketing, relevées, à 18 % du CA (+ 3,8 millions en un an), au contraire de celles engagées dans les fonctions de support (11,5 % du CA, contre 14,7 % au 1er trimestre 2015).

Dynamique moins favorable pour les systèmes destinés à l’univers de l’automobile : ils ne constituent plus que 45 % du chiffre d’affaires (75 % il y a un an). Parrot compte se concentrer sur la voiture connectée avec ses plates-formes P7 et Octopus 3 et éventuellement émanciper cette activité sous la forme d’une filiale indépendante. Une proposition sera soumise aux actionnaires lors du conseil d’administration du 30 juin.

On notera que le troisième segment d’activité, en l’occurrence les objets connectés, représente 6 % du chiffre d’affaires, à 4,2 millions d’euros, porté essentiellement par les casques Parrot Zik (confer la synthèse des résultats au format PDF).

Crédit photo : marekuliasz – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur