Samsung annonce une baisse de 20 % sur la Rambus

Mobilité

Un nouveau procédé de fabrication permettra bientôt à Samsung de réaliser des économies sur la production de mémoire Rambus. Une nouvelle version de la RD-Ram que le fabricant japonais destine aux PC d’entrée et de milieu de gamme alors que l’actuelle Rambus vise les stations de travail. Un positionnement ambigu pour un avenir incertain.

Avec des vitesses de transfert atteignant 1,6 Go/s (voire 3,2 Go/s en doublant le nombre de canaux), la Rambus (ou RD-Ram) s’affiche comme la plus rapide des mémoires. Mais aussi la plus onéreuse. Entre les royalties et des procédés de fabrication (trop ?) complexes, la RD-Ram a beau être la meilleure, elle n’en n’est pas moins délaissée par les fondeurs de processeurs, AMD en tête (voir édition du 30 octobre 2000), suivi par Intel (voir édition du 3 novembre 2000), qui se tournent vers la DDR SD-Ram, moins chère et presque aussi efficace.

La RD-Ram était-elle condamnée à n’alimenter que les consoles de jeux vidéo abandonnant les processeurs à la DDR SD-Ram comme l’annonçait le Gartner Group (voir édition du 7 novembre 2000) ? C’était sans compter sur Samsung, l’un des principaux fabricants de RD-Ram, qui vient d’annoncer un nouveau procédé de fabrication permettant, à terme, de réduire les coûts de fabrication. En ne produisant “que” quatre puces au lieu des 32 habituelles par barrette de RD-Ram, Samsung simplifie l’architecture qui rejoint alors celle de la SD-Ram. Par ailleurs, la gravure en 0,17 micron permet de réduire de 5 % la taille des puces. Cette réduction de consommation de matière première et la simplification des procédés de fabrication permettent à Samsung d’annoncer au moins 20 % d’économie. La production en masse devrait commencer dans le courant du deuxième semestre.

Qui utilisera cette nouvelle Rambus ?

Reste à savoir qui voudra développer des jeux de composants (chipsets) pour cette nouvelle Rambus. AMD ne semble pas en prendre le chemin, ayant fait le choix de la DDR SD-Ram. Intel ? Ce n’est pas impossible. Malgré les déclarations de son PDG qualifiant “d’erreur stratégique” le choix de la Rambus, le fondeur de Santa Clara est lié par contrat jusqu’en 2003 (voir édition du 24 octobre 2000). Cette nouvelle mémoire RD-Ram pourrait apparaître comme un bon compromis. De son côté, Samsung vise le marché des PC d’entrée et de milieu de gamme alors que la roadmap du constructeur japonais restreint la RD-Ram (version actuelle, il est vrai) aux stations de travail. Enfin, aujourd’hui, les performances restent inconnues. Bref, l’avenir de Rambus dans les PC n’est pas assuré. Comme le déclarait de façon informelle un responsable de Samsung, “franchement, nous ne voyons pas l’avenir de Rambus au delà de 2002”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur