Sandy ébranle le Web américain

Le passage de l’ouragan-cyclone Sandy a eu des effets collatéraux sur le Web américain. Des milliers de sites ont rencontré des difficultés dues essentiellement à des pannes de courant dans plusieurs data centers.

Sandy data center ouragan

mise à jour du 31 octobre 2012, 16h52

Là où Sandy passe, le Web trépasse.

Cet ouragan devenu cyclone post-tropical à l’heure d’investir le continent a heurté de plein fouet la côte Est américaine, avec un effet dévastateur qui s’est fait ressentir jusque sur la Toile.

Lundi, dans la soirée, des milliers de sites Internet ont connu des problèmes techniques essentiellement imputables à des pannes de courant dans certains data centers situés sur la trajectoire de Sandy, à savoir en Virginie, mais aussi dans l’Etat de New York et dans le New Jersey.

Cette catastrophe naturelle qui a valu aux autorités de décréter l’état d’extrême urgence avait déjà contraint Google à annuler l’événement Android qui devait se tenir ce lundi sur les docks de « la grosse pomme ».

Comme escompté, le passage de Sandy a engendré des pertes humaines (dernier bilan aux Etats-Unis : 33 morts), mais a surtout laissé des millions d’individus sans électricité.

Il semble que les hébergeurs et fournisseurs de services n’aient pas été épargnés : des sites, chiffrés sur place par « milliers, voire dizaines de milliers, de toute taille et partout dans le monde« , ont connu des interruptions de service prolongées.

Certains ont basculé dans un mode de récupération, souvent réduits à la plus simple expression de pages « de secours » dont certains contenus disparaissaient aléatoirement.

L’AFP rappelle que pas moins de 150 centres de données sont implantés sur la côte Est, dans la zone traversée par Sandy.

Certaines de ces structures d’hébergement et de traitement, tout particulièrement celles de Datagram, ont connu des pannes de courant. D’autres ont subi des inondations et des vents qui dépassaient les 150 kilomètres par heure.

Épinglé pour de prétendues défaillances de sa plate-forme Web Services, Amazon a réfuté tout dysfonctionnement.

Parmi les victimes, le Huffington Post, dont la version francisée a redirigée, plusieurs heures durant, vers le site américain. Nos confrères de Gizmodo US ont eux aussi rencontré des difficultés, à l’instar des sites d’actualité BuzzFeed et Gawker.

Mon article vous a plu ?
Restez-connectés en vous inscrivant à nos newsletters

Derniers commentaires



3 replies to Sandy ébranle le Web américain
  • Le 31 octobre 2012 à 12:18 par unGars

    « Comme escompté, le passage de Sandy a engendré des pertes humaines (dernier bilan aux Etats-Unis : 33 morts), mais a surtout laissé des millions d’individus sans électricité. »

    En occident, les pertes humaines nous affecte… Mais c’est surtout la possibilité de consommer de l’énergie qui nous préoccupe !

    C’est surement particulièrement le cas pour les journalistes pour qui la course à la rédaction d’articles sur internet est particulièrement rude ! Ce qui les empêche de peser le poids des tournures employées…

    Vivement que Google paye sa taxe ! La qualité de la rédaction devient très âuvre.

  • Le 31 octobre 2012 à 13:10 par Lectrice

    Escompter = synonyme d’espérer

    Et je cite l’article :

    Comme escompté, le passage de Sandy a engendré des pertes humaines

    J’espère que l’auteur de l’article a utilisé un terme qu’il ne connait pas, sinon c’est lamentable.

  • Le 31 octobre 2012 à 19:51 par nicoz

    Pourquoi ils continuent de stocker leur serveurs en sous sol ( facielement inondable )……

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

08:36:16