Scorpio : le futur visage de la Xbox One de Microsoft

Mobilité
xbox-one-microsot-projet-scorpio
2 1

Salon E3 : Microsoft déballe le projet Scorpio, soit une nouvelle version de la Xbox One. Au programme : support natif de la 4K et de la réalité virtuelle grâce à un regain de puissance.

Microsoft planche sur une nouvelle version plus puissante de la Xbox One, répondant au nom de code « projet Scorpio ». Avant même l’ouverture de l’E3, Microsoft a annoncé le lancement de cette nouvelle console à l’automne 2017.

Il est rare qu’une compagnie dévoile avec une telle avance le lancement d’un produit, au risque de nuire aux ventes de la Xbox One, voire de la Xbox One S qui vient tout juste d’être annoncée (une Xbox One plus fine (« slim ») avec un disque dur de 2 To).

Mais, Phil Spencer, en charge de la division Xbox au sein de Microsoft, précise qu’il s’agit de donner les informations au joueur pour qu’il fasse un achat en connaissance de cause. C’est aussi un signal lancé aux développeurs pour leur signaler que Microsoft ne capitule pas sur le front des consoles de salon.

On peut également y voir une réponse de Microsoft à Sony qui a officiellement annoncé la semaine dernière l’arrivée d’une PS4 plus performante avec support de la 4K.

La Xbox One « Scorpio » sera une version améliorée de l’actuelle Xbox One. « Quand elle sera livrée, il s’agira de la console la plus puissante jamais développée. »

Elle offrira en effet une puissance de calcul de 6 TFLOPS contre 1,32 TFLOPS pour l’actuel modèle. Un véritable bond qui lui permettra de lancer nativement des jeux en 4K.

Mais, elle sera également rétro-compatible avec toute la libraire de jeux de la Xbox One, ainsi que ses accessoires. Plus généralement, les jeux seront les mêmes quelle que soit la machine (Xbox One, Xbox One S et Xbox One Scorpio). A la différence qu’avec le modèle Scorpio, il y aura des améliorations graphiques.

Phil Spencer a ainsi pris l’exemple du jeu Halo 5 qui tourne en 1080p à 60 ips (images par seconde) sur Xbox One avec des baisses de définition momentanément afin de soutenir les 60 ips. Ca ne sera pas le cas avec la Scorpio qui fera tourner les jeux à leur définition maximum, tout en maintenant le framerate constant.

La console sera équipée du hardware nécessaire lui permettant de supporter les solutions de réalité virtuelle (VR) dites « high end » qui sont déjà disponibles pour PC actuellement. On pouvait s’attendre à l’annonce d’un partenariat avec Oculus (entité de Facebook) autour de son casque de réalité virtuelle Oculus Rift puisqu’un contrôleur de Xbox One est déjà livré avec toutes les Oculus Rift.

Phil Spencer précise qu’il n’y a pas de partenariat avec un acteur précis, ouvrant ainsi la porte à tous les fabricants de casques VR. La firme de Redmond développe son propre casque de réalité augmentée avec le HoloLens et n’a donc pas de projet de casque de réalité virtuelle, contrairement à Sony qui lancera le PlayStation VR cette année à destination de la PlayStation 4.

Le prix de la Xbox One Scorpio, même s’il n’est pas encore connu, devrait être bien inférieur à ceux des PC requis pour exploiter les casques Oculus Rift ou encore HTC Vive.

La bataille des consoles devrait donc se poursuive avec des versions plus puissantes que les actuels modèles en 2017. Elle devrait se faire à coup de téraflops pour séduire les consommateurs avides d’expériences toujours plus photo-réalistes et de réalité virtuelle.

Le regain de puissance de la Xbox One devrait toujours passer par un APU signé AMD. On peut tabler sur des coeurs graphiques de GPU Polaris. Soit ceux précisément que l’on trouve dans le GPU (gravé en 14 nm FinFET par Global Foundries) de la carte graphique RX 480 d’AMD. Celle-ci dispose d’une puissance de calcul de plus de 5 téraflops et, lors de son lancement, AMD estimait qu’elle serait utilisée par les 100 premiers millions d’utilisateurs de casques de réalité virtuelle.

La Xbox One Scorpio disposera aussi d’une bande passante avec la mémoire de 320 Go/s (contre 69,3 Go/s pour celle de la Xbox One actuelle).

(crédit photo : NME – PGW 2015)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur