Selon Apple, l’interopérabilité serait du piratage parrainé par l’Etat

Mobilité

L’exploitant du duo iTunes-iPod est réticent à l’idée d’ouvrir en France son service de musique numérique.à ses concurrents.

Apple sort de sa réserve à la suite de l’adoption par les députés français du projet de loi sur le droit d’auteur (voir dossier spécial DADVSI). Le volet portant sur l’interopérabilité des fichiers quelle que soit le baladeur numérique irrite fortement la firme américaine qui a effectué une percée sur le marché de la musique en ligne avec son duo de services propriétaires iTunes Music Store – iPod.

“L’application par la France de la directive européenne sur le copyright aboutira à du piratage parrainé par l’Etat”, a déclaré Natalie Keris, porte-parole d’Apple, selon les propos recueillis par Reuters. “Si cela se produit, les ventes légales de musique vont s’effondrer alors même que des alternatives légales au piratage commencent à prendre auprès des clients”.

Selon l’International Federation of the Phonographic Industry, le marché de la musique numérique s’est élevé à 1,1 milliard de dollars en 2005 (voir édition du 20 janvier 2006). Récemment, Apple a annoncé avoir dépassé le milliard de téléchargement sur sa plate-forme iTunes (voir édition du 24 février 2006).

Une mesure bénéfique aux ventes d’iPod ?

Apple a tendance à confondre interopérablité, gratuité et piratage. Non sans un certain humour, la porte-parole d’Apple estime que l’entrée en vigueur de la loi DADVSI pourrait booster les ventes des iPod.

Car les clients vont profiter des capacités de stockage des baladeurs numériques d’Apple pour abriter des fichiers audio et vidéo pirates récupérés gratuitement sur d’autres plate-formes de musique illégales.

Les analystes du secteur de la musique numérique suivent ce dossier avec intérêt. Selon Mark Mulligan, qui travaille pour le compte de Jupiter Research, cette initiative du parlement français a pour objectif d’ouvrir la compétition sur le marché de la musique en ligne.

Mais l’expert apporte aussi un bémol sur son blog : “Les députés français estiment qu’ils réalisent leur devoir au nom de l’intérêt national. En fait, ils ne font qu’ouvrir la porte du marché français au géant américain Microsoft.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur