Sergey Brin, la tête dans les étoiles

Mobilité

Le co-fondateur de Google est un fan de tourisme spatial. Il devrait prendre part au prochain vol commercial dans l’espace.

Le tourisme spatial est une industrie en pleine expansion mais cela reste un sport de niche réservé à des millionnaires. La société américaine Space Adventures, dont le crédo est de permettre à de riches touristes de faire en tour à bord des fusées russes Soyuz, a annoncé l’achat prochain d’une de ces fusées à l’horizon 2011.

Et qui de mieux que Sergey Brin pour promouvoir un tel projet ? Le fondateur de Google, passionné par l’espace, a déjà déposé un chèque de caution de cinq millions de dollars (3,2 millions d’euros) afin de réserver l’un des deux sièges disponibles sur le vol interplanétaire. “J’ai hâte d’aller dans l’espace”, a déclaré Sergey Brin, ajoutant qu’il soutenait “avec ferveur l’exploration et l’exploitation commerciale de l’espace.”

Google est à l’initiative du projet Lunar X Prize, qui vise à inciter les chercheurs à développer de nouvelles technologies afin de permettre d’explorer l’espace et en particulier la Lune. Une récompense de 25 millions de dollars (16 millions d’euros) est à la clef.

Vous ne serez pas des boulets dans l’espace…

Space Adventures a déjà fait vivre l’expérience de l’espace à cinq touristes fortunés : les clients ont déboursé entre 20 et 40 millions de dollars (soit 12,9 et 25 millions d’euros) pour leur ticket.

Tom Jones, un astronaute qui conseille Space Adventures, estime que les passagers de la nouvelle navette auront plus de libertés que ceux qui prenaient place aux côtés de professionnels jusque-là. “Ils pourront faire des expériences sans déranger les astronautes qui sont en mission (… ). Du point de vue du passager, vous n’êtes plus la cinquième roue du carrosse, c’est une industrie plus mâture”, explique-t-il.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur