Show hello : le plein d’innovation chez Orange

Cloud
show-hello-orange-stephane-richard

Orange a organisé un round-up IT spécial “nouveautés 2014”. En France, le m-banking va se développer et un pico-projecteur original est associé à la Livebox (le Bloc).

Réseaux, cloud, mobile banking, divertissement…Il y en avait pour tous les goûts dans la deuxième édition du “Show hello” organisé par Orange et animé par son P-DG Stéphane Richard.

L’occasion pour le groupe télécoms de mettre l’accent sur “l’open innovation” et de donner un avant-goût des produits et services d’Orange qui seront commercialisés prochainement.

A quoi correspond cette innovation ouverte ? Orange va déployer dans le monde des Orange Fab.

Ce sont des espaces boîtes à idées qui permettront à tous d’exposer leurs idées ou leurs projets pour favoriser l’innovation. L’initiative a été concrétisée dans la Silicon Valley. Orange compte la décliner en France, au Japon puis en Pologne.

Dans les idées fortes à retenir, le mobile banking “maison” arrive en France avec l’offre Orange Cash en partenariat avec Visa.

Il s’agit d’un compte prépayé, que l’on peut télécharger comme une application sur son smartphone.

Orange précise le dispositif dans sa communication : une fois le numéro de carte bancaire renseigné, on peut payer chez les commerçants grâce à la technologie sans contact NFC et faire des transactions sur Internet via un numéro de carte à usage unique.

“Nous détenons un élément essentiel de la sécurité des transactions : la carte SIM aussi sûre que la puce de notre carte bancaire”, assure Stéphane Richard. Orange Cash sera disponible début 2014 dans 3000 points de paiement à Caen et 4000 points de paiement à Strasbourg. Le lancement national est prévu au deuxième trimestre 2014.

Dans le prolongement de cet effort m-banking, Orange s’engage à décliner en France le transfert d’argent via Orange Money. Un service déjà disponible dans trois pays en Afrique (Mali, Sénégal et Côte d’Ivoire).

Sur le front des développements innovants BtoB, Orange croit à l’essor du numérique au service de la santé.

Le groupe télécoms a développé “le premier système de gestion et d’authentification d’identité en mobilité”.

Par le biais de sa carte SIM et de sa carte pro, tout intervenant dans la chaîne de soin pourra accéder en toute confidentialité au dossier médical de son patient “quel que soit l’endroit où il se trouve et depuis n’importe quel écran dans les mêmes conditions que depuis son cabinet”.

Une phase pilote avec le CHU de Clermont-Ferrand est enclenchée pour tester le dispositif.

Divertissement numérique : Orange à Bloc

Du BtoB au BtoC, Orange cherche également à se distinguer avec le Bloc. Conçu en collaboration avec Awox et Cabasse (acoustique haut de gamme), c’est un pico-projecteur connecté, qui permet de regarder la TV et des vidéos personnelles dans n’importe quelle pièce de la maison (photo ci-dessous).

le-bloc-orange-pico-projecteurParallèlement à la prochaine édition du World Mobile Congress (horizon février 2014), Orange France proposera avec LG un smartphone 4G “au design novateur” doté d’un écran incurvé haute définition et orienté services vidéo.

Dans le domaine des réseaux, Orange compte déballer une nouvelle application Wi-Fi d’ici l’été 2014 qui permettra “d’accéder automatiquement au réseau qui répond le mieux aux besoins du client, à chaque instant, qu’il soit en 3G, 4G ou en Wi-Fi”.

Dans les services cloud, on suivra Wevideo, qui permettra de faire du montage avec des vidéos sur son smartphone puis de les stocker ensuite sur le plateforme cloud d’Orange. Sa disponibilité est attendue à la fin du premier trimestre 2014.

Merci la fibre : Orange a également exposé une petite prouesse technologique.

Pour la première fois, des musiciens situés dans deux lieux différents (six kilomètres de distance) ont pu jouer ensemble en direct, “avec un temps de latence inférieur à une milliseconde”.

Gestion des données personnelles : les limites de la transparence
Lors de cette session Show hello, Stéphane Richard a assuré son engagement de protection des données personnelles auprès de ses clients “tout en montrant le potentiel de leur utilisation une fois celles-ci rendues anonymes”. Rassurant en plein débat sur la révision de la directive des données personnelles. Un peu moins sur le front du cyber-espionnage s’appuyant sur les réseaux de communication électronique. Prism est passé par là. Il est difficile de croire qu’Orange et ses maillons télécoms internationaux échappent au radar des services de renseignement (français, américain et autres). Fin octobre, la CNIL a saisi le gouvernement d’une demande de précisions sur l’éventuelle existence d’un programme français similaire au programme Prism, “qui serait ainsi réalisé en dehors du cadre juridique prévu par le législateur.” On attend la réponse à cette question osée.

 

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur