Smartphone Nextbit Robin : le cloud pour parer aux problèmes de stockage

MobilitéSmartphones
4 5

Nextbit vient de lever le voile sur son premier smartphone Android baptisé Robin. Il se distingue par son approche cloud permettant au mobinaute de ne jamais être à cours d’espace de stockage.

Annoncé de manière tonitruante après la mi-août, le premier smartphone Android de Nextbit vient d’être dévoilé. L’annonce était attendue par tous les aficionados de technologie puisque la start-up promettait un terminal Android disruptif.

La start-up attend maintenant le support des internautes pour sa campagne Kickstarter qui permettra de mettre ou non en production le smartphone. L’objectif de financement (atteint en moins de 24 heures) est d’un demi-million de dollars.

Pour attirer les backers (ceux qui supportent un financement coopératif), les 1000 premiers à le pré-commander bénéficieront d’une remise de 100 dollars, le positionnant à 299 dollars, tandis que les autres pourront l’obtenir à 349 dollars, avec des livraisons dès janvier 2016.

Après la campagne Kickstarter, son tarif grimpera donc à 399 dollars. Ajoutez tout de même 99 dollars pour une livraison en France !

Baptisé Robin, il a comme particularité de faire du cloud un territoire annexe en quelque sorte. Nexbit parle d’un smartphone « cloud-first » pour le décrire. En substance, il permet d’étendre automatiquement l’espace de stockage virtuellement de manière transparente pour l’utilisateur.

Robin s’adapte en effet aux besoins de stockage du mobinaute en apprenant des applications qu’il utilise et des photos qu’il regarde.

Ainsi, les choses (applications, photos et vidéos) sont déplacées sur les serveurs de stockage de Nextbit, à hauteur de 100 Go. « Donc, vous pouvez avoir tout ce que vous voulez (dans le cloud) et seulement ce dont vous avez besoin (sur votre smartphone). »

Concrètement, alimenté via un câble et connecté à un réseau internet en Wi-Fi, Robin procède alors à un backup des applications, photos et vidéos. Il s’agit de paramètres par défaut qui peuvent être modifiés. Le terminal peut ensuite les effacer lorsque cela est nécessaire, même si vous n’êtes pas connecté à internet.

Besoin d’une application effacée de la mémoire locale, pas de souci, il suffit de tapoter sur l’application grisée (signifiant qu’elle est effacée) ou la photo désirée pour la récupérer.

Le procédé n’est pas sans rappeler Google Photos (intégré dans Android) adossé à un stockage dans le cloud gratuit et illimité (pour des photos n’excédant pas 16 mégapixels). La synchronisation est aussi automatique et les photos déportées sont effacées en local quand l’espace vient à manquer. Un processus que Nexbit a fait sien, en l’adaptant et l’étendant aux applications.

Nextbit a pu par ailleurs s’appuyer sur l’expérience de certains de ses cadres dirigeants au sein de Google (Tom Moss, Fondateur et P-DG de Nextbit, et Mike Chan, co-fondateur et CTO de Nextbit, qui était développeur pour Android de la version 1.0 à la 3.0 (Honeycomb)) pour modifier en profondeur la Rom Android stock. Il s’agira d’Android 6.0 Marshmallow, précise Nextbit.

Si la prochaine mise à jour d’Android arrive plus tard que les premières livraisons du smartphone, une mise à jour OTA sera rapidement déployée.

Robin permet également d’installer très facilement une ROM alternative telle que CyanogenMod et ce, sans faire sauter la garantie (même si le terminal est briqué lors du processus d’installation de cette ROM).

Robin bénéficie également d’un design singulier, grâce en particulier à l’expertise en la matière de Scott Croyle, chef de produit au sein de Nexbit qui s’est illustré auparavant au sein de HTC pour le design des Evo, One M7 et M8.

Le design est dépouillé avec un focus sur l’aspect pratique. Ainsi, 4 témoins lumineux au dos de l’appareil indiquent si Robin est en train de déporter des données dans le cloud.

Une autre LED au bas de la face avant signale les notifications importantes. Pour s’assurer d’une production industrielle à la finition irréprochable, Nextibt s’est associé avec Foxconn.

La fiche technique correspond quasiment à celle d’un modèle haut de gamme. Mais l’approche fait plus penser à celle de OnePlus avec un tarif contenu (de 299 dollars à 399 dollars).

On trouve ainsi un SoC Snapdragon 808, qui devrait aussi équiper le prochain Nexus 5. Il se caractérise par ses deux groupes de coeurs 64 bits : 4 coeurs Cortex-A53 et 2 autres Cortex-A57. La solution graphique embarquée est l’Adreno 418.

La puce est épaulée par 3 Go de mémoire vive tandis que l’espace de stockage est de 32 Go (auquel il faut ajouter les 100 Go d’espace dans le cloud).

Nextbit a opté pour une définition 1080p (grande d’une moindre consommation d’énergie que la Quad HD) pour l’écran de 5,2 pouces (vraisemblablement, les mêmes taille et définition que celles de l’écran du prochain Nexus 5).

Pêle mêle, on trouve deux APN (avec capteur de 13 mégapixels au dos et de 5 mégapixels en façade), un lecteur d’empreinte digitale, deux haut-parleurs en façade, un port USB 3.0 au format type-C et une connectivité sans-fil complète (NFC, Wi-Fi ac, Bluetooth 4.0, GPS et 4G LTE). L’ensemble est alimenté par une importante batterie de 2680 mAh.

 

Crédit photo : Nexbit


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur