Smartphones : ramdam autour du Galaxy S4

Mobilité
samsung-galaxy-S3-smartphone-en-attendant-galaxy-S4-android

Défilement oculaire, architecture microprocesseur big.LITTLE, capteur infrarouge : le point sur les attributs pressentis du Samsung Galaxy S4.

La saga du smartphone Galaxy S continue avec la quatrième génération.

Rendez-vous est pris pour le 14 mars à New York, mais une semaine de l’échéance, Samsung garde toujours savamment le secret autour de son nouveau vaisseau amiral.

Au gré de présupposés, sous-entendus et secrets de polichinelle, l’expectative naît d’autant plus que quelques clichés exfiltrés – de sources diverses et variées – laissent entrevoir la silhouette alléchante d’un terminal haut de gamme.

Aux dernières nouvelles, le S4 embarquera une technologie de défilement oculaire “eye scrolling” : les contenus affichés à l’écran suivront le mouvement des yeux.

Comme le souligne Silicon.fr, cette fonctionnalité s’associerait idéalement à l’utilitaire Smart Stay introduit avec le Galaxy S3, et qui empêche le basculement en veille si l’utilisateur consulte un contenu sur l’écran.

Si l’information se confirme, il sera intéressant de vérifier quelle technologie Samsung retiendra. Un capteur infrarouge offrirait certainement une plus grande précision que des caméras traditionnelles, mais à quel prix ?

Les photographies qui circulent çà et là sur la Toile ne fournissent aucun élément à ce sujet. Elles laissent en revanche augurer d’un retour aux sources en termes d’esthétique, avec les coins “carrés arrondis” du Galaxy S2.

Il est toutefois question d’un arsenal technologique renouvelé, avec en tête de liste la résolution Full HD 1080p pour l’écran de 5 pouces et l’APN de 13 mégapixels.

Les résultats d’un benchmark mené avec AnTuTu dénotent la fluidité d’Android 4.2 “Jelly Bean” sur une configuration à 2 Go de mémoire vive, 16 ou 32 Go pour le stockage et une connectivité qui associe la 4G LTE à des interfaces GPS, Wi-Fi et Bluetooth 4.0.

A la baguette, un processeur Exynos 5410 (“4 + 4” coeurs) qui devrait se révéler économe en énergie, grâce à la mise en œuvre de l’architecture big.LITTLE d’ARM.

Il s’agit en l’occurrence de combiner 4 coeurs haute performances Cortex-A15 à 1,8 GHz et 4 coeurs basse consommation Cortex-A7 à 1,2 GHz. Le système pourra basculer indifféremment sur l’un ou l’autre en fonction de la charge.

Dans la stratégie de Samsung, les Etats-Unis occupent désormais une place central. La tenue de l’événement à New York n’a rien d’anodin.

L’officialisation du premier Galaxy S s’était déjà déroulée aux Etats-Unis, en 2010.

La deuxième génération avait été révélée dans le courant du printemps 2011 en Espagne. Un an plus tard, le Galaxy S3 avait été mis sur orbite depuis Londres.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien l’entreprise Samsung ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur