SmartShader, nouvelle technologie 3D d’ATI

Mobilité

Smartshader est la nouvelle technologie de rendu 3D temps réel proposée par le constructeur ATI en direction des développeurs de jeux vidéo. En s’appuyant sur l’API DirectX 8.1 de Microsoft, Smartshader devrait permettre d’enrichir les contenus graphiques en sollicitant toujours moins le processeur. Un concurrent direct du nFiniteFX de nVidia.

“Apporter de nouveaux niveaux de réalisme pour le PC.” Le slogan qui définit Smartshader, la nouvelle technologie de rendu 3D d’ATI, résume également la stratégie de l’entreprise de Toronto : apporter aux images et animations 3D le niveau de réalisme d’images réelles. Smartshader est donc une nouvelle technologie, issue des suggestions des développeurs, qui a bénéficié d’une étroite collaboration avec Microsoft pour améliorer la souplesse et l’efficacité de DirectX 8, l’interface de programmation sous Windows qui permet notamment d’exploiter les technologies pixel shader et vertex shader pour la génération des images 3D en temps réel. A ce titre, Smartshader sera pleinement exploitable avec la version 8.1 de DirectX, actuellement en phase de bêta test. La technologie d’ATI est également exploitable sous OpenGL avec les extensions du constructeur.

Concrètement, Smartshader introduit des instructions qui permettront aux développeurs de générer des effets toujours plus réalistes, notamment dans le rendu et le mouvement des textures naturelles comme les cheveux, la peau, le bois, l’eau, les vêtements, etc., avec moins d’opérations demandées au processeur. Les éditeurs de jeux pourront donc notamment enrichir la qualité graphique de leurs produits, sans avoir à attendre le développement de processeurs centraux plus puissants que ceux disponibles actuellement sur le marché.

Toujours plus de réalisme

Smartshader sera probablement pleinement exploité avec la Radeon2, la prochaine puce graphique d’ATI qui pourrait voir le jour à la fin de l’été. En annonçant sa nouvelle technologie, ATI marche sur les pas de nVidia et de son moteur graphique programmable nFiniteFX. ATI a donc choisi d’affronter son principal rival sur le terrain qui a fait son succès : la puissance de ses processeurs accompagnée par des technologies de rendu graphique propriétaires. Une stratégie qui avait poussé 3dfx à mettre la clé sous la porte (voir édition du 18 décembre 2000). Mais, sur le marché du jeu vidéo et sa politique du “toujours plus de réalisme”, ATI n’a pas vraiment le choix.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur