solarisBank : la boîte à outils FinTech lève 26,3 millions d’euros

E-paiementEntrepriseLevées de fondsMarketingStart-up
solarisbank-levee-fonds

Deuxième tour de table pour la start-up allemande solarisBank et sa plate-forme de services financiers « à la demande » ciblant les jeunes FinTech.

solarisBank a-t-il trouvé l’investisseur idéal pour accompagner son développement en Asie ?

La start-up berlinoise, qui exploite depuis un an une marketplace de services FinTech, a séduit SBI Holdings.

L’ancienne branche capital-investissement de SoftBank participe à une levée de fonds de 26,3 millions d’euros emmenée par Arvato Financial Solutions, filiale du groupe Bertelsmann.

Le fonds allemand yabeo Capital, qui était du tour d’amorçage (12,2 millions d’euros en mars 2016), remet au pot. Même chose pour la société FinLeap, qui se présente comme un « architecte FinTech » et qui était, au dernier pointage, l’actionnaire majoritaire de solarisBank.

Malgré l’importance accordée à l’expansion sur le continent asiatique par l’intermédiaire de coentreprises qui seront montées avec SBI, l’Europe n’est écartée de la feuille de route. La jeune pousse y a recruté ses premiers clients*, parmi lesquels Cringle (paiements P2P), AutoScout24 (place de marché d’achat/vente d’automobiles) et fashioncheque (cartes-cadeaux dans le domaine de la mode).

Servez-vous

Pour accompagner ces entreprises dans le déploiement de services financiers, solarisBank leur propose, plutôt que de prospecter des partenaires bancaires et d’accomplir de lourdes démarches réglementaires, de piocher les briques dont elles ont besoin sur une plate-forme centralisée, par le biais d’interfaces de programmation.

Dans le cadre de cette approche « as-a-service », solarisBank commercialise non seulement ses produits, mais aussi ceux de tiers. Elle y associe, en guise de garantie, sa licence bancaire obtenue auprès du régulateur allemand (la BaFin) et qui lui permet pour l’heure de couvrir 6 pays d’Europe.

En parallèle de la levée de fonds, Roland Folz, ancien de Deutsche Bank AG, prend les fonctions de CEO. Gerrit Seidel (yabeo Capital ; ex-SOFORT Bank) prend pour sa part la présidence du comité de surveillance, remplaçant Jan Beckers, fondateur de FinLeap.

À voir en complément, l’interview, lors du Paris Fintech Forum organisé fin janvier, de Damien Dupouy, cofondateur de la néobanque Anytime, qui se positionne elle aussi sur l’agrégation de services financiers.

* AutoScout24 a intégré sur son site le module Rapid Credit de solarisBank pour permettre aux internautes de solliciter des prêts. Du côté de fashioncheque, on sous-traite à la FinTech allemande le cantonnement des dépôts de monnaie électronique des porteurs de cartes-cadeaux, ainsi que la compensation et le transfert de fonds.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur