Sony lance son standard de musique électronique

Cloud

En alternative au MP3, Sony tente de faire reconnaître sa propre technologie de cryptage des fichiers musicaux, valable pour les baladeurs comme pour les PC.

Un nouveau candidat entre dans la course au standard de compression sécurisé pour la musique. Sony prévoit en effet de présenter sa propre technologie de codage au consortium industriel SDMI (Secure Digital Music Initiative), chargé de diffuser un système sécurisé pour la distribution des titres sur Internet (voir édition du 16 décembre 1998).

La technique de téléchargement retenue par Sony repose sur deux technologies propriétaires, MagicGate pour les appareils portables et OpenMG pour les ordinateurs. La première utilise une puce intégrée qui détecte grâce à un mode de cryptage si le morceau peut être lu ou non, de manière à prévenir la copie non autorisée. La puce pourrait être intégrée dans de futurs baladeurs ou des chaînes hi-fi.

Quant à OpenMG, il est destiné aux disques durs (ou à d’autres supports de stockage) existants sur les PC. Selon Sony, OpenMG se compose d’un module matériel et d’un logiciel. Comme son confrère, il détecte si les morceaux peuvent être lus on non, une seule ou plusieurs fois. Cette forme de protection contre la copie pourrait être intégrée dans les cartes mémoires flash “Memory Stick”, déjà présentes dans les caméras numériques. Problème : les fans de musique en ligne apprécieront peut-être peu le fait de devoir posséder le matériel adapté.

D’autres technologies concurrentes, et pas forcément compatibles, sont sur les rangs. Un exemple ? Il y a quelques jours seulement, Liquid Audio et Texas Instrument annonçaient la mise au point de leur propre puce, capable de lire des fichiers musicaux téléchargés sécurisés au format MP3 (voir édition du 24 février 1999). Sony possède toutefois un atout : étant à la fois éditeur de musique et constructeur d’appareils d’électronique grand public, l’industriel a la possibilité d’imposer de facto son standard sur les prochaines générations d’appareils.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur