Start-up en Afrique : Orange monte un fonds dédié

EntrepriseStart-up
orange-digital-ventures-fonds-afrique

Lors du forum Afrobytes à Paris, la branche corporate VC d’Orange lance un véhicule de financement de jeunes pousses sur le continent africain.

Alors que Paris accueille pour deux jours le forum Afrobytes dédié à l’innovation technologique en Afrique, l’opérateur français le plus impliqué sur ce continent vient de lancer une initiative dédiée au soutien des start-up.

A travers Orange Digital Ventures, le groupe télécoms monte une réserve de financement de 50 millions d’euros dédiée aux jeunes pousses en Afrique.

Les prises de participation minoritaires seront réalisées soit directement via le nouveau véhicule de financement Orange Digital Investment soit indirectement à travers des fonds spécialisés sur l’Afrique.

Le groupe, présidé par Stéphane Richard, est conscient du potentiel numérique en Afrique. A travers l’exploitation d’infrastructures réseaux télécoms, il est présent dans une vingtaine de pays d’Afrique*.

Avec ce nouveau fonds, l’opérateur veut capter l’innovation numérique du continent. Certains services sont apparus en Afrique avant de débarquer en Europe comme Orange Money (transfert d’argent de mobile à mobile).

« Avec cette annonce, nous nous engageons encore un peu plus aux côtés de l’écosystème digital africain, qui porte comme partout et peut-être plus qu’ailleurs un enjeu de développement », commente Pierre Louette, Directeur général délégué d’Orange et Président d’Orange Digital Investment.

Le groupe scrute les dossiers de projets innovants en phase d’amorçage dans divers domaines : connectivité, FinTech, IoT, énergie ou e-santé.

Une équipe sera dédiée à Dakar (Sénégal) à partir de septembre. Sous l’angle open innovation, l’opérateur monte aussi des Orange Fab dans plusieurs pays comme la Côte d’Ivoire, le Cameroun ou le Sénégal.

« L’objectif est de cibler des startups déjà assez matures, ce ne sera pas de l’amorçage, mais des tickets allant jusqu’à 3 millions d’euros au premier tour de table », évoque Pierre Louette dans une interview accordée à La Tribune.

Le groupe télécoms a déjà pris des positions dans des start-up de type marketplace (Afrimarket) ou de service de vidéo à la demande (Afrostream). A travers Orange Digital Investment, elle a injecté 75 millions d’euros dans Jumia (Africa Internet Group), que l’on présente comme « l’Amazon africain ». A travers Orange Digital Ventures

*Botswana, Burkina Faso,Cameroun, Côte d’Ivoire, Égypte, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Guinée Équatoriale, Liberia, Madagascar, Mali, Maroc, Maurice (participation non contrôlée), Niger, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Sénégal, Sierra Leone, Tunisie (participation non contrôlée) – Périmètre groupe en décembre 2016. « Près d’un habitant sur dix en Afrique est un client Orange », selon la communication corporate.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur