STMicroelectronics lâche les set-top-box : la restructuration passe par la France

BourseEntrepriseLicenciementsManagementRessources humaines
STMicroelectronics-set-top-box-arret
6 4

L’activité de fabrication de décodeurs de STMicroelectronics sera abandonnée progressivement. Un plan de suppression de postes concerne la France.

STMicroelectronics compte abandonner progressivement son activité déficitaire de fabrication de décodeurs, qui représente 15% du chiffre d’affaires du groupe.

Conséquence directe liée à l’arrêt du Digital Product Group (DPG) de la firme de semi-conducteurs : la suppression de 1400 emplois dans le monde, dont 430 en France, sur un total de 1900 salariés.

« Aujourd’hui nous annonçons l’arrêt du développement de nouvelles plateformes et de produits standard pour les set-top-box et les gateways domestiques« , précise Carlo Bozotti, CEO de STMicroelectronics, cité dans le communiqué.

« Cette décision difficile est en adéquation avec notre stratégie qui consiste à n’opérer que des activités soutenables financièrement, et est la conséquence des pertes significatives de l’activité produits pour set-top-box au cours des dernières années dans un environnement de marché de plus en plus difficile. »

Selon Reuters, la direction de STMicroelectronics va utiliser des leviers pour absorber ce plan de suppressions de postes avec un plan de départ volontaires et des reclassements.

L’arrêt du DPG devrait permettre de réaliser des économies chiffrées à 156 millions d’euros sur une base annuelle. Tandis que les coûts de restructuration sont évalués à 170 millions.

Par ailleurs, STMicroelectronics vient de publier ses résultats financiers. Le chiffre d’affaires net du quatrième trimestre s’élève 2015 à 1,67 milliard de dollars, la marge brute à 33,5% et le résultat net à 2 millions de dollars.

Le chiffre d’affaires net de l’exercice 2015 s’établit à 6,90 milliards de dollars, la marge brute à 33,8% et le résultat net à 104 millions de dollars.

Pour 2016, la firme prévoit aussi un « réalignement global des effectifs » qui devrait affecter environ 1000 salariés, dont 150 en France.

« Au cours des prochaines années, la croissance sur le marché des semi-conducteurs proviendra principalement des applications pour l’automobile, l’industrie et l’Internet des Objets », commente Carlo Bozotti. « Nous sommes concentrés sur la conquête de ces marchés et des opportunités qu’ils recèlent (…) ».


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur