Stockage : un vent de renouvellement sur le marché mondial

CloudData-stockageDatacentersServeursStockage
stockage-q2-2015
5 1

IDC constate la tendance des entreprises à renouveler leurs systèmes de stockage pour en diminuer le coût et la complexité d’exploitation.

Cherchant à réduire la complexité et le coût d’exploitation de leurs systèmes de stockage, les entreprises en accélèrent le renouvellement, souvent dans le cadre de mises à niveau plus globales de leur infrastructure.

IDC estime que ce phénomène constaté par ses soins au 2e trimestre 2015 profite au cloud, à la mémoire flash… et aux technologies de virtualisation, à travers le SDS (« Software-Defined Storage »).

La transition vers le cloud concerne essentiellement les données non critiques. Quant aux baies flash, elles sont surtout intégrées dans les stratégies des entreprises pour réaliser des économies d’échelle. Des tendances que le cabinet américain avait déjà relevées en début d’année, tout particulièrement sur le continent européen.

A l’échelle de la planète, la capacité délivrée continue d’augmenter : + 37 % sur un an, à 30,3 exaoctets. La hausse en valeur n’est pas aussi forte : 8,8 milliards de dollars, c’est 2,1 % de plus qu’à la même période en 2014.

La progression la plus grande est à mettre à l’actif des ODM (« Original Design Manufacturers »), dont le CA global augmente de 25,8 % d’une année sur l’autre, atteignant 1,012 milliard de dollars, soit 11,5 % du marché.

Les systèmes de stockage dits « externes » (vendus hors du data center) représentent encore le gros du marché. Mais les ventes diminuent : – 3,9 %, à 5,7 millions de dollars.

Ce qui pèse sur l’activité globale des leaders du secteur : au top 5, seul HP affiche un indicateur dans le vert en termes de CA, avec 1,431 milliard de dollars (+ 8,7 %), soit 16,2 % de part de marché.

EMC conserve les rênes, mais dévisse à 19,2 % du marché (1,693 milliard de dollars). Le dynamique est comparable pour Dell : – 2,9 %, à 889 millions de dollars, soit 10,1 % de part de marché.

Ayant revendu à Lenovo son activité de production de serveurs x86, IBM perd du terrain : son chiffre d’affaires chute de 28,9 %, à 712 millions de dollars. C’est plus que NetApp, qui se classe cinquième avec 615 millions (7 % du marché).

Big Blue reste toutefois au 2e rang sur la partie « systèmes externes », à 631 millions de dollars, devançant NetApp (615 millions) et HP (597 millions). En tête de palmarès, NetApp affiche une part stable (29,9 %), malgré des facturations en léger repli (- 4 %).

Placé au 5e rang à égalité avec Dell, Hitachi (316 millions de dollars) aurait pu se retrouver plus haut dans la hiérarchie si IDC avait attribué les ventes aux fabricants… et non aux marques, à l’échelle des quelque 70 pays étudiés.

Crédit photo : Nattakit Jeerapatmaitree – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur