Suivi des indicateurs mobiles : les opérateurs mobiles virtuels coupés dans leur élan

Mobilité

Selon l’Arcep, le marché de la téléphonie mobile compte près de 52 millions
d’utilisateurs en France au 31 décembre 2006.

Le secteur de la téléphonie mobile a encore connu une progression non négligeable au quatrième trimestre 2006 en France. La période des fêtes de fin d’année n’étant probablement pas étrangère à cette tendance. Selon le Suivi des Indicateurs Mobiles publié lundi 5 février par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), la France comptait fin 2006 près de 51,7 millions d’utilisateurs de téléphones mobiles. Sur le dernier trimestre, on recenserait 1,87 million de nouveaux clients par rapport à septembre 2006 (+3,8 %).

Les opérateurs mobiles virtuels qui s’appuient sur le réseau de France Télécom ou SFR pour commercialiser leurs services (MVNO) ont séduit plus de 438 000 nouveaux clients au cours du quatrième trimestre 2006. Soit une progression trimestrielle de près de 46 % mais leur part de marché totale est inférieure à 2,8 %. Malgré ces bons résultats apparents, les MVNO n’ont capté qu’un peu plus de 23 % des nouveaux clients au cours des trois derniers mois contre 35 % et 55 % les trimestre précédents.

Un chiffre d’autant plus décevant que le marché a été mouvementé cet automne avec l’arrivée de Auchan suivie de Carrefour. Les deux géants de la distribution ne dévoilent pour le moment aucun résultat. De plus, le dynamisme de l’opérateur Ten animé par le bouillonnant Jean-Louis Constanza (avec notamment une offre d’accès illimitée aux e-mails) ou encore le positionnement renforcé des points de vente de Coriolis Telecom, n’ont visiblement pas suf fit à dynamiser le secteur de la téléphonie mobile virtuelle.

Du côté des opérateurs nationaux, c’est Orange qui s’en sort le mieux. Avec 725 000 nouveaux clients au quatrième trimestre, la filiale de France Télécom devance largement SFR et ses 378 000 nouveaux entrants. Hors clients MVNO. Les deux opérateurs s’accaparent respectivement 45 % et 35 % du marché. Il en reste donc à peine 17 % pour Bouygues Télécom et les opérateurs d’Outre-Mer.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur