Sun : des pertes plus importantes que prévu

Cloud

La situation financière de Sun Microsystems se dégrade à vitesse grand V. Son chiffre d’affaires se rétracte trimestre après trimestre, les pertes se creusent et ce malgré des licenciements massifs.

Sun Microsystems a prévenu qu’il enregistrerait pour le trimestre en cours, clos fin septembre, une perte bien plus lourde que celle prévue par les analystes financiers. En lieu et place des 2 cents de perte envisagés par le marché, selon une compilation réalisée par First Call, c’est en effet une perte de 7 à 10 cents par action que prévoit le groupe. Celle-ci reflète, comme l’explique Sun Microsystens dans un communiqué, “un trimestre particulièrement difficile pour l’entreprise, dû en partie à des dynamiques de marché et de concurrence intenses”. Sun a réservé une autre (mauvaise) surprise au marché : il a modifié les comptes du trimestre précédent, clos fin juin, en inscrivant une provision de 1,05 milliard de dollars liée à une réévaluation de son crédit d’impôts. Alors qu’il était parvenu à terminer le trimestre sur un bénéfice symbolique de 12 millions de dollars, il aura finalement perdu 1,04 milliard de dollars entre avril et juin, sur un chiffre d’affaires de près de 3 milliards de dollars (voir édition du 23 juillet 2003).

Sun bénéficiera-t-il de la reprise ?

Conséquence : le constructeur va de nouveau procéder à des licenciements afin de faire face à une demande qui tarde à repartir ; il y a deux semaines, il a ainsi officialisé la suppression d’un millier d’emplois, soit 3 % de ses effectifs. Après neuf trimestres consécutifs de baisse du chiffre d’affaires, la situation de Sun ne semble donc pas en voie d’amélioration. Est-il en position de rebondir ? Rien n’est moins sûr car, alors que nombre d’analystes sont optimistes quant à une reprise au moins modérée du secteur de l’informatique, et en particulier du marché des serveurs, la plupart doutent que cette reprise bénéficie à Sun car elle devrait surtout concerner les serveurs d’entrée de gamme comme les serveurs Intel sous Linux, segment sur lequel Sun a tardé à se positionner (voir édition du 30 juillet 2003). Et même sur le marché des serveurs haut de gamme, les cabinets d’études font état d’un recul de Sun par rapport à ses concurrents (voir édition du 29 août 2003). Rappelons que, récemment, le constructeur a remodelé son offre logicielle, elle aussi en déclin, afin de lui donner un second souffle. Il a notamment décidé de pratiquer une politique de prix particulièrement agressive (voir édition du 17 septembre 2003). Bien évidemment, les effets éventuellement bénéfiques de ces initiatives sur la croissance de la société ne sont pas encore perceptibles et ne le seront pas avant plusieurs trimestres.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur