Symantec acquiert LifeLock : la lutte contre l’usurpation d’identité au coeur du deal

AuthentificationEntrepriseFusions-acquisitionsRisquesSécurité
symantec-lifelock-usurpation-identite
3 3 Donnez votre avis

Aux Etats-Unis, Symantec rachète LifeLock pour 2,3 milliards de dollars. Ce qui lui permet de monter en gamme contre l’usurpation d’identité à l’ère numérique.

Pour renforcer son expertise dans son coeur de métier qui est la sécurité IT, Symantec boucle une opération de croissance importante : LifeLock pour 2,3 milliards de dollars. Le rapprochement devrait être effectif d’ici la fin du premier trimestre 2017.

Le groupe acquéreur, coté au Nasdaq, accepte de racheter les titres LifeLock (coté sur le NYSE depuis octobre 2012) à 24 dollars l’unité avec une prime de 16% sur le cours du titre à la clôture de la Bourse vendredi (18 novembre).

LifeLock fournit des solutions de protection contre l’usurpation d’identité en ligne, un service prodigué au grand public et aux petites et moyennes entreprises. Un marché qui pèse 10 milliards de dollars dans le monde.

Le siège social de LifeLock est situé dans l’Arizona. La firme compte 4,4 millions de clients et 855 employés essentiellement aux Etats-Unis.

Selon Symantec, LifeLock exploite « la plus grande plateforme de sécurité numérique au monde pour les consommateurs et les familles ». Elle devrait renforcer la division Norton en charge de développer des offres de sécurité IT pour le grand public et les petites entreprises.

En 2015, LifeLock avait rencontré des soucis avec Federal Trade Commission, en charge de la protection des consommateurs aux Etats-Unis. Accusé d’avoir lésé les clients, l’éditeur avait accepté de verser 113 millions de dollars aux autorités américaines. Sans infirmer ou confirmer la mise en cause de la FTC, selon The Wall Street Journal.

Recherche d’un nouveau souffle

« Avec la combinaison de Norton et LifeLock, nous serons en mesure de fournir une cyber-défense complète pour les consommateurs », assure Greg Clark, CEO de Symantec, cité dans le communiqué. Il a remplacé Michael Brown qui avait démissionné de ce poste en avril dernier.

« Cette acquisition marque la transformation de l’industrie de la sécurité des consommateurs et de la protection contre les logiciels malveillants pour toucher une cible plus large en termes de sécurité numérique . »

Symantec des relais de croissance pour gonfler son chiffre d’affaires. En 2016, le spécialiste américain de la sécurité informatique a esquissé sa stratégie globale pour aborder un marché en pleine mutation, avec l’adoption massive des terminaux mobiles (smartphones et tablettes) en lieu et place du PC.

En juin, Symantec avait acquis un autre éditeur de solutions de sécurité plus BtoB : Blue Coat (cédé par Bain Capital pour 4,65 milliards de dollars).

Plus tôt dans l’année, Symantec se délestait de son entité dédié au stockage de données Veritas, vendue à Carlyle Group pour 7,4 milliards de dollars.

symantec-lifelock

(Crédit photo : bluebay – Shutterstock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur