SYNC lève 2 millions d’euros : la pub synchronisée entre l’écran TV et le mobile

EntrepriseLevées de fondsMarketingPublicitéStart-up
sync2ad-levee-fonds
2 1

La start-up SYNC, liée à Visiware, décroche un soutien financier d’Idinvest et d’Entrepreneur Venture pour une technologie multi-écran de publicité.

La start-up francilienne SYNC, spécialisée dans la conception de solutions technologiques pour le mobile et la télévision interactive, vient de boucler une levée de fonds de deux millions d’euros auprès d’Idinvest (capital-risque) et Entrepreneur Venture (capital-investissement).

C’est le premier véritable financement pour cette start-up créée par précise Laurant Weill et Colas Overkott il y a un peu plus d’un an.

Les regards se portent sur Sync2AD, une technologie brevetée de synchronisation publicitaire entre l’écran TV et un second écran (comme le smartphone ou la tablette).

Concrètement, quand un spot passe à la TV ou la radio, elle lance des publicités simultanément sur les écrans mobiles des utilisateurs qui sont effectivement exposés à ce spot.

SYNC travaille pour cela avec les plus grands éditeurs comme Amaury Médias, Marie-Claire, Mondadori ou Lagardère.

Une vingtaine d’annonceurs TV ont déjà testé le dispositif interactif : Gillette, Canal+, Renault, Nissan, Leclerc, Babyliss, Kiabi, 30M d’amis, Unilever, Dunlop. Et le taux moyen généré par le biais de cette solution multi-écran « serait prometteur » (15-20%) pour « des campagnes efficientes, ciblées et mesurées ».

Il existe aussi une déclinaison pour les émissions et les programmes de télévision (Sync2TV). Là aussi, une vingtaine de diffuseurs ont testé le dispositif, dont France Télévisions, M6 ou TF1.

Les activités de SYNC sont liées à Visiware, un fournisseur de casual games pour les réseaux de télévision interactive (il exploite notamment la chaîne Playin’TV) qui a un historique plus important mais plus mouvementé aussi.

Créée en 2002, Visiware a été placée en liquidation judiciaire en septembre 2015 alors qu’elle avait levé 5 millions d’euros début 2012. Ses actifs ont été repris par la société Visiware International (selon l’annuaire de l’Agence française pour le jeu vidéo), transformée depuis en filiale de SYNC.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur