Syntec Numérique : un bilan IT 2013 morne, un rebond l’an prochain ?

ManagementRégulationsRessources humaines
croissance-marche-numerique-france

Dans ses domaines de prédilection (services informatiques, édition logiciels, conseil en technologies), Syntec Numérique observe une “faible décroissance” en 2013. Cela ira mieux l’an prochain ?

Syntec Numérique vient de présenter son baromètre 2013 du secteur du numérique (conseil, logiciels, services) en France.

Une année difficile avec une “faible décroissance” observée : – 0,3%.

Ce qui représente un chiffre d’affaires global de 49,2 milliards d’euros répartis comme tel : la plus forte contribution revient au pôle “conseil et services informatiques” (61%) puis vient l’édition de logiciels (21%) puis le conseil en technologie (18%).

Sachant que ce sont les volets “conseils”  (“-2% en conseil en technologies”) et “Conseil et services” (-0,3%) qui plombent l’ambiance.

Avec un premier semestre morose et une deuxième semestre mieux orienté.

Du coup, la chambre professionnelle fédératrices des entreprises du secteur IT se montre plus optimiste pour 2014 avec une croissance escomptée de 1% avec une nette remontée de la part du pôle “Conseil et services” (évaluation : +1,4%).

Mais la contribution “conseil en technologies” restera négative (- 1,5%).

En termes d’activité, Syntec Numérique table sur une diminution de la pression sur les prix, un retour progressif à l’équilibre des commandes et à la confiance des donneurs d’ordre en 2014.

La croissance serait portée par l’accélération des usages numériques dans tous les secteurs, dont le public (modernisation de l’État, villes intelligentes, eSanté), et par “la transformation numérique de toutes nos entreprises”, a souligné Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique, cité par Silicon.fr.

Dans le cadre de cette même conférence Syntec Numérique organisée mercredi (27 novembre), Pôle Emploi a indiqué qu’à fin septembre, la France comptait 33 900 demandeurs d’emploi de catégorie A dans le domaine des “systèmes d’information et télécoms” (en hausse de 3,3% sur un mois). C’est donc une mauvaise rentrée pour la filière.

Néanmoins, Syntec Numérique demeure confiant : en 2012, le secteur IT aurait permis la création nette de 7000 emplois (source BIPE, données Pôle Emploi – Acoss), soit une progression de + 1,8% par rapport à l’an passé.

Mais cette photographie du marché de l’emploi dans le secteur est contestée par le Munci (association professionnelle des informaticiens).

Sur la même période (fin septembre) et à sur la foi de données également en provenance de Pôle Emploi, on dénombrerait 76 744 demandeurs d’emploi en informatique-télécoms, dont 52 273 pour la seule Cat.A (du coup, il y a un décalage encore inexpliqué en l’état actuel avec le niveau de 33 900 demandeurs d’emplois présentés via le Syntec Numerique).

“Les métiers de la création multimédia, de la maintenance et du développement informatiques sont les plus touchés par le chômage dans nos professions”, estime le Munci.

ITespresso.fr avait rencontré Guy Mamou-Mani lors du concours du “Meilleur dev’ de France” à l’Ecole 42.

——–Quiz———

Connaissez-vous les grands groupes français du web ?

———————–

Crédit image : Sergey Nivens pour Shutterstock


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur