Tablettes : les détachables font la valeur mais pas le volume en Europe

MobilitéTablettes
idc-tablettes-europe-t3-2016
1 0 Donnez votre avis

IDC constate que le déclin du marché des tablettes en Europe de l’Ouest est limité par les ventes de détachables. Il progresse même en valeur grâce au BtoB.

Sans les modèles à clavier détachable, le déclin des ventes de tablettes serait nettement plus prononcé.

Voilà plus d’un an qu’IDC établit systématiquement ce constat dans ses pointages trimestriels sur le marché mondial*.

En se concentrant sur l’Europe de l’Ouest, le cabinet américain rend la même conclusion : près de 1,8 million de « détachables » ont été livrés aux revendeurs au cours du 3e trimestre 2016, soit 48,4 % de plus qu’un an auparavant.

Apple et Microsoft détiennent à eux deux 46,4 % de ce segment qui représente 21,9 % des livraisons globales de tablettes. Les modèles « classiques » restent donc majoritaires, mais suivent une dynamique opposée : – 15,5 % en volume d’une année sur l’autre.

L’autre indicateur en progression, c’est le segment entreprises, au sens des livraisons dans les canaux BtoB : +13,1 % en volume sur un an. Ce qui ne compense toutefois pas la baisse de 10,8 % enregistrée sur le grand public : au global, le marché recule de 6,7 %, à 8,197 millions de tablettes.

L’apport en valeur est plus marqué : IDC évoque un marché en croissance de 4,8 %, à 2,5 milliards de dollars. L’attrait pour les détachables à plus de 600 euros n’y est pas étranger : les livraisons ont augmenté de 66,7 % en un an, pour représenter 10,6 % du marché.

Cette montée en gamme s’est illustrée aussi bien chez Dell, qui a baissé le rideau sur les tablettes Android de la gamme Venue pour monter en puissance sur l’offre 2-en-1, que chez Lenovo, qui s’est orienté plus sensiblement vers les « prosumers ».

Windows qui gagne, Samsung qui perd

Forrester avait, dans une étude menée en 2015, cerné le phénomène d’adoption des détachables en remplacement des PC, leur intérêt pour certaines tâches étant perçu non seulement par les utilisateurs finaux, mais aussi par les décideurs, qu’ils aient ou non un profil technique. La firme américaine estime qu’à l’horizon 2018, une tablette sur cinq sera achetée par une entreprise.

Cette « professionnalisation » de l’offre profite à Windows, qui affiche désormais une part de marché à deux chiffres avant la virgule (12,2 %), restant cependant à distance d’iOS (21,9 %) et d’Android (65,9 %). La répartition à l’échelle de la planète est similaire (65 %, 26 % et 9 %).

Au classement des constructeurs, Apple garde les rênes grâce notamment à de solides assises dans le monde de l’éducation, qui limitent la baisse de ses ventes (- 8,6 %, à 1,792 millions d’iPad) et de sa part de marché (- 0,4 point, à 21,9 %).

Samsung n’est pas loin derrière, mais sa réorientation en haut de gamme se ressent dans ses volumes de ventes : – 20,4 %, à 1,676 millions de tablettes, pour 20,4 % du marché (- 3,6 points).

Lenovo profite d’un large portefeuille pour stabiliser ses ventes à 620 millions d’unités, soit 7,6 % du marché. Suit Acer avec 418 millions de tablettes (+ 57,8 % de livraisons, pour une part de marché en hausse de 2,1 points, à 5,1 %).

Amazon ferme le top 5 avec des ventes plus que doublées, à 403 millions d’ardoises. Le différentiel annuel est lié en partie au fait que les Fire de 6 pouces « version 2015 » n’entraient pas dans les critères de comptage d’IDC.

* Le dernier en date fait état d’un 8e trimestre consécutif de déclin en volume : – 14,7 millions d’unités livrées aux revendeurs, hors produits en marque blanche.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur