TAG Heuer Connected Modular 45 : le luxe se montre disruptif dans les smartwatches

Mobilité
0 0 Donnez votre avis

TAG Heuer (groupe LVMH) repart à l’offensive dans le marché des montres connectées avec la Connected Modular 45. Un modèle sophistiqué et luxueux conçue avec Intel.

Après le succès rencontré par sa première montre connectée TAG Heuer Connected (58 000 unités vendues), l’horloger de luxe suisse (filiale du groupe LVMH) poursuit dans la foulée. Il dévoile le modèle de smartwatch haut de gamme TAG Heuer Connected Modular 45.

Le nombre « 45 » correspondant au diamètre en centimètre de la montre. Le terme « Modular » porte en lui le côté disruptif de cette nouvelle smartwatch.

Initialement, un choix de 56 versions de la montre est proposé, avec 11 modèles standards disponibles en magasin et 45 autres sur demande. Il y a notamment 30 options de cadran et l’aspect personnalisation est poussé avec le TAG Heuer Studio qui permet de choisir le bracelet, le corps, la boucle… avec jusqu’à 4000 combinaisons différentes, peut-on lire sur la page Web dédiée.

Mais, l’aspect modulaire ne s’arrête pas là puisqu’elle peut se muer en montre mécanique. Il suffit en effet d’ôter le module central numérique pour l’interchanger avec un module mécanique tel que celui du TAG Carrera Heuer 02T Tourbillon.

Jean-Claude Biver, P-DG de TAG Heuer, ne tarit pas d’éloges sur sa smartwatch nouvelle génération qui « symbolise parfaitement le mariage de l’horlogerie suisse avec le numérique ».

Signe particulier : le choix d’Intel

Basée sur une version Carrera, la Connected Modular 45 embarque le SoC (System on chip) Intel Atom Z34XX, contrairement à la majorité des autres montres connectées du marché basées sur un Snapdragon 410 signé Qualcomm.

Elle est équipée d’un écran AMOLED de 1,39 pouce couvert d’un verre saphir 2.5D.

Son boîtier en titane renferme également 4 Go de mémoire flash, 512 Mo de mémoire vive et une batterie de 410 mAh. Cette capacité lui garantit une autonomie de plus d’une journée, selon TAG Heuer, avec un temps de charge de 1h50.

Cette montre étanche à 5 ATM, supporte par ailleurs le Bluetooth 4.1, le Wi-Fi 802.11b/g/n (exclusivement sur 2,4 GHz pour le n) ainsi que la connectivité en champ proche NFC (Near Field Communication). Ce dernier est exploité pour la fonctionnalité Tap-to-Pay, soit le paiement sans contact qui se fait ainsi « directement depuis votre poignet ».

La montre évolue sous Android Wear 2.0, la toute nouvelle mouture de l’OS wearable de Google. On trouve notamment le contrôle vocal Google grâce à son microphone intégré.

On reste sur une montre satellite de son smartphone avec un fonctionnement de concert avec une app compagnon disponible sur Android et iOS.

Ce produit certifié « Swiss Made » est tout de même proposé à partir de 1600 euros. Un prix qui pourra grimper rapidement en fonction des différentes options.

A sa manière, l’horloger suisse riposte ainsi à l’Apple Watch qui creuse aussi le sillon du luxe (avec un modèle Hermes par exemple).

Il a trouvé en Intel un allié de poids qui avait préparé en amont le terrain en amorçant un virage vers les appareils électroniques à porter sur soi (« wearable technologies ») dès septembre 2013 avec l’annonce des processeurs Quark.

Intel a ensuite procédé en mars 2014 au rachat de Basis (conception de smartwatches) pour 100 millions de dollars. Intel a ainsi acquis très rapidement un savoir-faire dans le domaine des smartwaches et a même lancé son premier modèle estampillé Basis avec la Peak (annoncée début octobre 2014). Le groupe de Brian Krzanich lançait ensuite le bracelet connecté Mica.

Tout cette expérience a été mise à contribution en partenariat avec TAG Heuer sur la Connected Modular 45.

Vidéo promotionnelle signée Tag Heuer :

(Crédit photo : @Tag Heuer)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur