Tegam dépose le bilan

Cloud

Viguard, l’application de sécurité commercialisée par Tegam, continuera d’exister à travers SoftED. Et Dodata poursuit sa distribution et son support, notamment en l’étendant au niveau européen.

Tegam International est en liquidation judiciaire. Une décision validée le 10 mai dernier par le Tribunal de commerce de Paris suite au dépôt de bilan de la société effectué le 22 avril. Rappelons que Tegam distribue le logiciel de sécurité Viguard, lequel se distingue des antivirus traditionnels en s’appuyant sur des technologies de contrôle d’intégrité et d’analyse comportementale plutôt que de signature des virus (voir édition du 19 avril 2004).

La disparition de Tegam n’implique pas celle de Viguard. L’application de sécurité poursuivra ses évolutions à travers SoftED, une société dirigée par Eyal Dotan, responsable des développements de l’application et propriétaire du code. “Nous poursuivons les développements de Viguard dont la nouvelle version devrait sortir d’ici un mois”, confirme-t-il. Et Dodata poursuivra la distribution et le support de Viguard.

300 000 logiciels vendus

Distributeur de Viguard depuis 2000 sur les marchés francophones, Dodata souhaite aujourd’hui investir l’international et l’Europe en particulier. “Nous sommes sur le point de signer avec plusieurs pays dont l’Allemagne et l’Italie”, déclare Samuel Arama, directeur général de Dodata, grossiste aujourd’hui expert en produits de sécurité. Pour le distributeur, l’Europe est une opportunité de taille pour Viguard. “Le marché européen est en plein développement économique”, soutient le dirigeant, “j’espère qu’il dépassera largement le marché français.” En 2004, Dodata a distribué environ 300 000 logiciels Viguard en France.

Samuel Arama ne craint-il pas que la disparition sociale de Tegam, d’une part, et l’affaire Guillermito (un chercheur condamné pour avoir désassemblé le code du logiciel, voir édition du 10 mars 2005) d’autre part, nuise à l’image de Viguard ? “Il est difficile de connaître les retombées médiatiques de l’affaire Guillermito. Qui peut dire avec certitude si elles sont bénéfiques ou non ? De plus, dès qu’on sort des frontières, la polémique disparaît”, relativise le dirigeant. “Nous sommes détachés de cette problématique, les revendeurs sont satisfaits du produits, les clients aussi, nous nous contentons d’avancer.” L’affaire Guillermito sera jugée en appel le 24 mai prochain.

Viguard 11 s’attaque aux logiciels espions
Parmi les nouveautés attendues, Viguard en version 11 intégrera un module anti logiciels espions. Pour cela, Viguard s’est attaché les services de l’éditeur WebRoot (voir édition du 10 février 2005) dont il intègre l’application antispyware SpySweeper. Son intégration dans Viguard est parfaitement transparente pour l’utilisateur. Celui-ci aura le choix d’installer, ou non, le module complémentaire. L’utilisateur bénéficiera du service des mises à jour pendant 1 an.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur