Tele2 retarde son offre de communications locales

Mobilité
Information - news

L’opérateur Tele2 reporte le lancement de son offre sur les communications locales à fin février. Raison invoquée ? Une trop forte demande de la part des clients.

L’opérateur Tele2 reporte finalement le lancement de son offre de communications locales sur Paris. Raison invoquée par l’opérateur alternatif : une trop grande demande qui aurait entraîné une congestion des appels. La capacité d’interconnexion commandée à France Télécom au printemps serait insuffisante pour supporter le nombre d’appels.

L’opérateur suédois de téléphonie fixe a donc décidé de reporter son offre de communications locales sur Paris au 28 février. Les autres départements français ne devraient toutefois pas être touchés par ce retard. Ainsi, l’offre devrait être disponible en Rhône-Auvergne pour le 7 février, en Alsace-Lorraine et Pays de la Loire le 14 février et en Provence-Corse le 21 février.

Tele2 propose un tarif unique pour les particuliers et les entreprises. Il est vrai que l’opérateur vise d’abord les particuliers, mais les entreprises représentent tout de même 10 % de son chiffre d’affaires. Tele2 propose des remises en fonction du volume d’appels passés mais maintient toutefois ses plages horaires. Ainsi, en heures creuses (de 19 heures à 8 heures), l’appel sera facturé 0,015 euro TTC par minute après un crédit temps de 192 secondes à 0,12 euro TTC. En heures pleines, la minute coûtera 0,024 euro TTC après un crédit temps de 120 secondes facturé 0,12 euro TTC du lundi au vendredi.

Une concurrence encore insuffisante

Christian Pierret, secrétaire d’Etat à l’Industrie qui a annoncé son départ du gouvernement Jospin, a déclaré dans une interview publiée dans La Tribune que la concurrence était “encore insuffisante sur la boucle locale”. Toutefois, il a estimé que sa plus grande satisfaction avait été d’être “un artisan de la réussite de l’introduction de la concurrence dans les télécommunications fixes en attribuant les premières autorisations dès la fin 1997”. “Même si le secteur est en voie de concentration, la concurrence est réelle et plébiscitée par les Français. Elle a permis une baisse des prix et la diversification des services”, a-t-il déclaré au quotidien économique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur