Téléphones WAP : un bilan satisfaisant?

Mobilité

Finies les perspectives fumeuses, les prévisions mirobolantes. Le marché du WAP, “vieux” de quelques mois, affiche ses premiers chiffres. 110 000 téléphones WAP seraient vendus à ce jour en France. Les opérateurs se disent d’ores et déjà satisfaits.

Trois mois et demi après le lancement en France des téléphones WAP, le bilan est selon les opérateurs (ils sont seulement deux à ce jour) positif. Ces derniers estiment même que c’est un début très prometteur. D’après des chiffres recueillis par l’AFP auprès de France Télécom et de SFR, le nombre de téléphones WAP vendus en France se situerait aux alentours de 110 000. France Télécom, le premier à proposer l’accès à Internet par un téléphone mobile, en comptait 100 000 pour la fin juillet. Un mois après l’offre de France Télécom, SFR se jetait lui aussi dans la course. Mi-juillet, soit un mois après, l’opérateur comptabilisait 10 000 clients.

Début prometteur, peut être? Reste que comparé aux 24 millions d’utilisateurs de téléphones portables, le chiffre paraît ridicule. Pourtant le marché est bel et bien là. Bouygues, le troisième opérateur, annonce d’ailleurs toujours son intention de commercialiser, début automne, son offre WAP.

Les chiffres fournis par l’AFP révèlent que les possesseurs de ces téléphones se connectent en moyenne 13 fois par mois sur les services WAP et passent près de 3 minutes sur chaque site. L’agence de presse dresse la liste des sites les plus couramment utilisés. En premier lieu se trouvent tous les sites de météo, de bourse, d’itinéraire, de courrier électronique, ainsi que des sites d’informations. Selon les opérateurs, les prix qui oscillent autour des 490 F pour les pack Ola-Trium ou SFR-Motorola ne sont en aucune façon des obstacles à l’achat d’un téléphone WAP.

Si France Télécom et SFR tablent tous deux sur un million de téléphones WAP vendus un an après le lancement de leur offre respective, la vente de téléphones ne signifie pas pour autant que l’utilisateur navigue sur le réseau. Ainsi, selon France Télécom, sur 100 000 téléphones WAP vendus, seulement 45 000 utilisateurs ont utilisé la touche WAP de leur appareil.

Les opérateurs estiment que le téléphone WAP devrait toucher 40 % de la population ayant un portable. Dans cette euphorie généralisée, on passera sous silence que début 2001, le GPRS sera là, et qu’en 2002 est prévue la nouvelle norme UMTS. Ces deux technologies sont censées offrir des connexions beaucoup plus rapides. Ce qui ne manquera pas de donner aux actuels mobiles WAP, qui utilisent le réseau GSM, des allures de vieil engin?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur