Téléphonie : France Telecom avance en Tunisie mais bloque en Egypte

Mobilité

France Telecom pourra exploiter la troisième licence de téléphonie en lien avec l’opérateur tunisien Divona Telecom. En Egypte, la prise de contrôle de Mobinil s’avère difficile.

France Telecom poursuit ses implémentations dans les pays riverains de la Méditerranée. Le gouvernement tunisien aurait retenu le projet de troisième licence de téléphonie fixe et mobile poussé par le groupe télécoms français associé localement avec la société Divona Telecom (groupe de l’homme d’affaires Marouane Mabrouk).

Cité par Reuters, un porte-parole de l’opérateur français déclare que “la mise en oeuvre de ce projet permettra de développer activement les télécommunications aux côtés des opérateurs actuels”. Le gouvernement tunisien devrait faire une annonce officielle dans le courant de la semaine prochaine. Dans son édition du jour, le journal Les Echos précise que Divona Telecom devrait posséder 51% du capital de la nouvelle société d’exploitation.

En revanche, en Egypte, la procédure de France Telecom visant à prendre le contrôle total de l’opérateur mobile Mobinil est bloquée. Fin mai, l’autorité de marché égyptienne (CMA) a rejeté les conditions d’une OPA que France Telecom voulait lancer sur les actions ECMS (pour Egyptian Company for Mobile Services, structure centrale qui exploite des services mobiles sous la marque MobiNil). Du coup, France Telecom renonce à son projet d’OPA.

D’autre part, les autorités de marché égyptiennes ont décidé de bloquer l’exécution d’une sentence arbitrale exécutoire rendue par la Chambre de Commerce Internationale à Genève et qui avait tournée en faveur de France Telecom. L’opérateur français déclare qu’il compte “utiliser toutes les voies de recours tant au niveau national qu’international  pour contester les décisions des autorités de marché et rétablir son droit”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur