Télévision sur mobile : Bruxelles veut accélérer la cadence

Mobilité

La Commission européenne publie une série de recommandations visant à développer ce type de services innovants plus rapidement.

La Commission européenne a émis une série de recommandations visant à accélérer l’adoption de la télévision mobile personnelle (TMP) sur le Vieux continent.

Associées à la norme DVB-H qu fait figure depuis mars dernier de standard officiel privilégié par l’UE pour la télévision sur mobile, ces préconisations sont conçues pour favoriser la promotion de services de télé sur mobile, tout en restant dans un cadre économique concurrentiel.

“Le succès des lancements commerciaux en Autriche, en Italie, en Finlande et aux Pays-Bas ont prouvé que des procédures efficaces d’autorisation font partie des principaux facteurs du lancement et du succès de la télévision sur mobile”, déclare Viviane Reding, commissaire européenne en charge de la Société de l’information et des Médias.

“En Autriche, 5000 détenteurs de mobiles ont utilisé la télévision sur mobile pendant les premières semaines de son lancement. Avec la croissance évaluée des ventes liés à la période de Noël, de nombreux Européens vont avoir l’opportunité de regarder la télévision lors de leurs déplacements”,
assure-t-elle. “C’est pourquoi nous souhaitons donner aux Etats membres une liste de recommandations permettant à l’industrie de mettre sur pied ces services innovants de la façon la plus rapide et fluide possible.”

Viviane Reding a ajouté que la Commission souhaitait favoriser une approche collaborative entre diffuseurs, opérateurs mobiles et opérateurs de plates-formes, et qu’elle tentait d’éviter une lourde réglementation ou des procédures d’autorisation contraignantes.

A cette date, seuls quelques pays européens, dont l’Autriche, la Finlande, la France et l’Allemagne, ont adopté la législation relative aux nouveaux services de TV sur mobile. Bruxelles estime que la de dividende numérique, que les pays européens sont en cours d’étudier, représente  la meilleure ooportunité pour favoriser la croissance de ce type d’activité. La libéralisation de bandes de fréquences, liée à l’interruption de la télévision analogique, permettrait d’allouer une place aux services de TV sur mobiles. D’ici 2013, le chiffre d’affaires monde de la télévision sur mobile devrait dépasser 7,8 milliards d’euros en 2013.

La Commmission européenne déclare travailler en étroite collaboration avec les Etats membres pour identifier les principaux principes que les organismes de régulation et les gouvernements devraient suivre pour autoriser des opérateurs à fournir des services de télévision sur mobile.

Selon une étude commandée par Bruxelles, seule une procédure directe, transparente et non discriminatoire pour l’attribution de licences permet d’éviter un embouteillage. De même, la qualité du service délivré aux clients, comme l’accès au service dans les immeubles, devraient faire partie des conditions d’attribution.

Toujours Bruxelles, il est recommandé que les fréquences rendues disponibles pour la télévision sur mobile soient retirées si le service n’a pas été lancé dans un délai raisonnable. Il est également conseillé aux organismes de régulation de maintenir ouvert le processus d’autorisation à tous les acteurs de l’industrie, et de créer des conditions encourageant la coopération entre opérateurs et diffuseurs.

Enfin, la Commission européenne demande à l’industrie de s’assurer que les services de télévision sur mobile basés sur la norme DVB-H dans chaque pays européen soient interopérables, et d’éviter les technologies propriétaires.

La Commission européenne a émis une série de recommandations visant à accélérer l’adoption de la télévision mobile personnelle (TMP) sur le Vieux continent.

Associées à la norme DVB-H qu fait figure depuis mars dernier de standard officiel privilégié par l’UE pour la télévision sur mobile, ces préconisations sont conçues pour favoriser la promotion de services de télé sur mobile, tout en restant dans un cadre économique concurrentiel.

“Le succès des lancements commerciaux en Autriche, en Italie, en Finlande et aux Pays-Bas ont prouvé que des procédures efficaces d’autorisation font partie des principaux facteurs du lancement et du succès de la télévision sur mobile”, déclare Viviane Reding, commissaire européenne en charge de la Société de l’information et des Médias.

“En Autriche, 5000 détenteurs de mobiles ont utilisé la télévision sur mobile pendant les premières semaines de son lancement. Avec la croissance évaluée des ventes liés à la période de Noël, de nombreux Européens vont avoir l’opportunité de regarder la télévision lors de leurs déplacements”,
assure-t-elle. “C’est pourquoi nous souhaitons donner aux Etats membres une liste de recommandations permettant à l’industrie de mettre sur pied ces services innovants de la façon la plus rapide et fluide possible.”

Viviane Reding a ajouté que la Commission souhaitait favoriser une approche collaborative entre diffuseurs, opérateurs mobiles et opérateurs de plates-formes, et qu’elle tentait d’éviter une lourde réglementation ou des procédures d’autorisation contraignantes.

A cette date, seuls quelques pays européens, dont l’Autriche, la Finlande, la France et l’Allemagne, ont adopté la législation relative aux nouveaux services de TV sur mobile. Bruxelles estime que la de dividende numérique, que les pays européens sont en cours d’étudier, représente  la meilleure ooportunité pour favoriser la croissance de ce type d’activité. La libéralisation de bandes de fréquences, liée à l’interruption de la télévision analogique, permettrait d’allouer une place aux services de TV sur mobiles. D’ici 2013, le chiffre d’affaires monde de la télévision sur mobile devrait dépasser 7,8 milliards d’euros en 2013.

La Commmission européenne déclare travailler en étroite collaboration avec les Etats membres pour identifier les principaux principes que les organismes de régulation et les gouvernements devraient suivre pour autoriser des opérateurs à fournir des services de télévision sur mobile.

Selon une étude commandée par Bruxelles, seule une procédure directe, transparente et non discriminatoire pour l’attribution de licences permet d’éviter un embouteillage. De même, la qualité du service délivré aux clients, comme l’accès au service dans les immeubles, devraient faire partie des conditions d’attribution.

Toujours Bruxelles, il est recommandé que les fréquences rendues disponibles pour la télévision sur mobile soient retirées si le service n’a pas été lancé dans un délai raisonnable. Il est également conseillé aux organismes de régulation de maintenir ouvert le processus d’autorisation à tous les acteurs de l’industrie, et de créer des conditions encourageant la coopération entre opérateurs et diffuseurs.

Enfin, la Commission européenne demande à l’industrie de s’assurer que les services de télévision sur mobile basés sur la norme DVB-H dans chaque pays européen soient interopérables, et d’éviter les technologies propriétaires.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur