Test 3M CP45 : combiner n’est pas gagner

Mobilité
3M CP45 pico-projecteur caméscope

Avec le dénommé CP45, 3M allie caméscope HD et pico-projecteur dans un châssis de baladeur multimédia. A la photographie numérique s’adjoint ainsi la visualisation instantanée. ITespresso.fr livre son verdict.

Dans l’absolu seul sur son marché… ou presque, le CP45 pourrait dormir sur ses deux oreilles s’il n’était cette farouche résistance que lui opposent en toute logique les produits dont il s’inspire. En l’occurrence, les caméscopes de poche et les pico-projecteurs.

Précurseur malgré lui, 3M joue d’une association des concepts pour faire d’un terminal deux usages, en qualité de conciliateur du meilleur de deux mondes qui manquaient d’un pont pour les interconnecter.

Filmer en 720p et projeter dans la foulée en DLP, l’idée n’a rien de novateur en soi, mais l’éventualité d’une concrétisation n’avait jusqu’alors guère enchanté le gros des constructeurs.

Le grand public semble y être resté tout aussi imperméable.

A moins que la véritable équation sous-jacente ne relève d’une variable dénommée smartphone, dont l’omission relèverait de l’aberration. Et pour cause : les capteurs photographiques de qualité sont désormais légion sur ces appareils.

Plus dommageable encore pour 3M, Samsung s’est pris à exploiter le filon à l’occasion du Mobile World Congress, à l’appui du Galaxy Beam, un téléphone qui intègre un vidéoprojecteur.

Face à l’abondance d’une armada concurrentielle aux dents longues, quels arguments le CP45, affiché à 299 euros TTC, est-il en mesure de déployer pour se faire une place au soleil ?

3M CP45 pico-projecteur caméscope


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur