TMP : la prochaine étape sera la création d’une société multiplexe

Cloud

D’ici avril 2010, les opérateurs mobiles et chaînes télé vont discuter pour monter une société commune et “faire vivre” la télévision mobile personnelle.

Le dossier de la télévision mobile personnelle est-il enfin débloqué ? A priori oui. Même si le chemin semble long pour que la TMP devienne une réalité pour les Français.

On parle du sujet depuis 2006 et le gouvernement évoque maintenant un possible démarrage à fin 2010.

Le 3 décembre, Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat au Développement de l’économie numérique, et le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ont réuni les acteurs de la télévision mobile personnelle (opérateurs télécoms, chaînes télé). Objectif : “présenter le calendrier des prochaines étapes du projet, notamment la mise en oeuvre de la société de multiplex”.

Après la remise du rapport Viguier sur la TMP, c’est la solution préconisée par le gouvernement pour avancer sur ce dossier : la création d’une société ad hoc – distincte de l’opérateur de multiplex –  qui prendrait à sa charge les coûts du réseau.

Elle vient de faire “l’objet d’une disposition de sécurisation juridique” lors de l’examen à l’Assemblée nationale de la proposition de loi relative à la lutte contre la fracture numérique.

Cette société multiplexe a vocation à regrouper un ou plusieurs opérateurs mobiles intéressés ainsi que les éditeurs parties prenantes du projet. Elle devra “faire vivre la TMP, en finançant ses infrastructures et en faisant les choix techniques qui s’imposent”. “Elle devra également rémunérer les éditeurs de contenus une fois les infrastructures payées”, précise-t-on.

C’est donc une nouvelle période qui s’ouvre. Elle devrait s’échelonner entre trois et quatre mois.

Elle a été franchie grâce un grand pas effectué fin septembre : la remise au CSA des conventions TMP signées par les 13 services sélectionnés en mai 2008 pour faire partie d’un premier multiplexe TMP*. Les acteurs, opérateurs mobiles et éditeur de chaînes télé, n’étaient pas super pressés de rendre les lettres d’engagement, faute de visibilité sur la structuration du marché et des modèles économiques.

Selon “diverses sources” retenues par le gouvernement, les coûts de déploiement de la TMP sont estimés de 3 à 4,5 millions d’euros par chaîne pour une couverture de 30 % de la population, et de 8 à 9,5 millions d’euros par chaîne pour un taux de couverture de 60 % de la population.

*BFM TV, Canal+, Direct 8, EuropaCorp, Eurosport, i-Télé, M6, NRJ12, NT1, Orange Sport, TF1, Virgin 17 et W9. Les services France 2, France 3 et ARTE ayant obtenu 3 autres canaux au nom de
l’attribution prioritaire du droit d’usage de la ressource radioélectrique aux chaînes publiques.

DVB-SH : NKM suit le test avec attention
Nathalie Kosciusko-Morizet déclare “suivre avec attention” le test en cours en région parisienne sur la nouvelle norme DVB-SH, utilisant une infrastructure hybride terrestre/satellite. La secrétaire d’Etat au Développement de l’économie numérique compte étudier ‘les complémentarités qui pourraient se dégager avec le projet TMP actuel”. La norme DVB-SH avait été poussée initialement par Alcatel et son projet Télévision mobile sans limite. Elle est au coeur du  projet de la société Solaris (joint-venture de SES ASTRA et EUTELSAT) qui devrait lancer à moyen terme des services de télévision mobile par satellite en Europe.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur