Tor Messenger : quoi de neuf en bêta ?

Apps mobilesMobilitéSécurité
tor-messenger
1 1

Le service de messagerie instantanée basé sur le réseau d’anonymisation Tor passe en version bêta. Priorité est donnée à la sécurité et à l’expérience utilisateur.

Huit mois se sont écoulés depuis le lancement de Tor Messenger en version alpha.

Le service de messagerie instantanée, qui s’appuie sur le réseau Tor pour anonymiser les conversations, passe aujourd’hui en bêta, sur Windows (32 et 64 bits), OS X et Linux.

Principal argument pour se différencier de son concurrent Tor Chat : la prise en charge de protocoles comme Jabber et Adium IM, utilisés par Facebook, Google et Yahoo. L’enregistrement automatique des données est par ailleurs désactivé, afin de renforcer la sécurité.

Dans une contribution blog, Sukhbir Chantez, l’un des développeurs de l’application, précise que Tor Messenger fonctionne toujours sur un modèle client-serveur. « Ce qui implique que vos métadonnées, en particulier les relations entre les contacts, peuvent être enregistrées par les serveurs. Cependant, la route vers le serveur sera cachée, car vous communiquez sur Tor ».

Le projet reste toutefois en construction, avec la sécurité, la stabilité et l’expérience utilisateur comme priorités. « Nous allons corriger les bugs et proposer des mises à jour le cas échéant », explique Sukhbir Chantez. Et d’ajouter : « Nous regardons comment coupler les évolutions de Tor Messenger avec le cycle Extended Support de Mozilla ».

Sur la feuille de route figurent les mises à jour automatiques, le transfert de fichiers chiffrés ou encore la compatibilité avec le mode privé de Twitter.

Comme le note Silicon.fr, cette initiative n’est pas sans rappeler d’autres efforts pour mettre en place des services de chat sécurisés. Notamment Bleep, lancé en test l’année dernière par BitTorrent. Mais aussi le projet Caliop, poussé un an auparavant par Laurent Chemla, fondateur de Gandi. On citera également Perzo, courtisé par les établissements financiers, ou MegaChat, créé par le sulfureux Kim Dotcom.

Crédit photo : Bacho – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur