Toulouse : Nicolas Sarkozy vise les sites Web de propagande terroriste

Marketing

Afin d’endiguer la propagation des messages de haine, le Président de la République (et candidat à sa ré-élection) prône un délit pénal de consultation de sites Web qui font l’apologie du terrorisme.

Nicolas Sarkozy veut renforcer l’arsenal juridique visant à lutter contre la propagation et l’apologie d’idéologies extrémistes.

Le Président de la République (et candidat à sa ré-élection) n’a pas perdu de temps, après la mort de l’auteur présumé des assassinats de Montauban et Toulouse (qui avait été notamment pisté via l’adresse IP).

Il a annoncé une série de mesures dans ce sens, dont l’une qui porte spécifiquement sur un “délit pénal” lié à la consultation de site Web incitant à la haine.

“Désormais, toute personne qui consultera de manière habituelle des sites Internet qui font l’apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et à la violence sera punie pénalement”, a déclaré Nicolas Sarkozy lors d’une allocution média diffusée à la mi-journée depuis l’Elysée.

Reste à savoir comment ce dispositif sera mis en place dans la loi et comment il pourra être appliqué dans la pratique.

Une mesure qui aurait été préférée à celle du filtrage pur et simple des sites Internet de propagande terroriste.

Mais on devrait en reparler car l’idée a germé dans un autre contexte.

Dans le cadre de la loi sur la sécurité intérieure (LOPPSI 2) votée le 8 février 2011 qui visait là aussi à blinder l’arsenal répressif contre la délinquance et la criminalité, une disposition permet de bloquer les sites qui diffusent des contenus pédo-pornographiques.

Elle avait été validée par le Conseil constitutionnel le 11 mars 2011.

Crédit photo : © kebox – Fotolia.com.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur