Trente acteurs dominent l’e-commerce en France

Mobilité

Le nombre de sites d’e-commerce a progressé en France de 41 % entre l’année 2000 et 2001. Une croissance qui a permis aussi d’augmenter le chiffre d’affaires généré par le commerce en ligne, même si une trentaine d’acteurs domine le marché… Reste que la stratégie Internet des entreprises a considérablement évolué depuis les premiers pas d’Internet en France.

IDC dresse un bilan plutôt positif du commerce électronique en France, malgré un contexte jugé difficile et qui a vu nombre de projets reportés. Le cabinet d’études révèle ainsi que les commandes BtoC représentaient 1,5 milliard d’euros sur l’année 2001 contre 0,95 milliard d’euros sur l’ensemble de l’année 2000. “Une croissance d’autant plus importante (+ 61,7 %) que le marché a évolué dans un contexte de restructuration permanent, dont les signes sont fusion/acquisition, disparition de certains sites marchands, repositionnement stratégique…”, rappelle IDC. Le nombre de sites de commerce électronique a augmenté de 41 % entre 2000 et 2001 pour atteindre 15 000 (contre 10 700 sites en 2000).

Changement de visage pour l’e-commerce

Pour autant, le marché français du commerce électronique est dominé par une trentaine d’acteurs dont le chiffre d’affaires généré en ligne est supérieur à 15 millions d’euros. Certains d’entre eux ont réalisé en 2001 plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en ligne. “Alors que le commerce électronique s’est développé dans un premier temps sur la base d’entreprises pure players de type start-up, il est clair que les leaders du marché sont aujourd’hui principalement des entreprises traditionnelles dont l’investissement dans l’Internet s’apparente à la mise en oeuvre d’un nouveau canal de distribution, complémentaire aux canaux déjà existants”, commente IDC. A côté des grands groupes, les PME intègrent progressivement dans leur stratégie commerciale, une dynamique eCommerce, même si elles ne réalisent encore qu’une part marginale de leur chiffre d’affaires via Internet.

Des services en ligne plus sophistiqués

Depuis 1996, les stratégies Internet des entreprises ont grandement évolué. A cette époque, les sites Web des entreprises étaient utilisés comme des vitrines présentant la société et ses produits. A partir de 1998, mentionne l’étude, le site Internet de l’entreprise devient également un canal de vente. Puis, ces sociétés vont progressivement se tourner vers des solutions packagées intégrant à la fois des fonctionnalités Front et Back Office. Les entreprises, poursuit IDC “tendent aujourd’hui à intégrer leur site marchand avec une partie de leur système d’information afin de rendre accessibles certaines de leurs applications à leurs partenaires, fournisseurs et clients”. Et de déclarer que de nombreux projets eCommerce portent aujourd’hui sur la consolidation des plates-formes de commerce électronique existantes à travers la mise en place de solutions de type EAI (Enterprise Application Integration) afin de proposer de nouveaux services en ligne comme la consultation de l’historique des commandes, l’analyse des stocks disponibles en temps réels…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur