Tristan Nitot (Firefox/Mozilla) : “un Internet ouvert et participatif, c’est le plus important”

Cloud

Le navigateur Firefox de la Fondation Mozilla fête ses cinq ans. Sa version Firefox for Mobile est dévoilée officiellement. Interview du président de Mozilla Europe.

Le 9 novembre 2004, la Fondation Mozilla sortait la version 1.0 de Firefox. En cinq ans, le chemin parcouru par ce navigateur Internet alternatif est immense face à la domination écrasante d’Internet Explorer de Microsoft.

La persévérance de l’équipe de développement de la Fondation Mozilla – qui garde un statut d’organisme à but non lucratif – et de sa communauté active a porté ses fruits puisque désormais, Firefox est crédité d’une part de marché de 25% dans le monde.

Alors que Firefox souffle à Paris ses cinq bougies d’anniversaire (la version Firefox for Mobile, nom de code Fennec, est dévoilée à cette occasion), ITespresso.fr a interviewé Tristan Nitot, Président de la branche européenne de la Fondation Mozilla.

Entre flashback, projets, perspectives voire prospective…(interview réalisée le 09/11/09).

ITespresso.fr : Firefox a cinq ans. Vous êtes fier du chemin parcouru ?
Tristan Nitot : Il y a cinq ans, je n’aurais jamais imaginé que nous serions arrivés à ce niveau-là. C’est au-delà de toutes mes espérances. Surtout avec un Internet Explorer qui affichait à l’époque une part de marché supérieure à 95% alors que nous formions qu’une petite équipe de douzaine de personnes. On ne partait pas gagnant. On peut voir le chemin parcouru en chiffres : 330 millions d’utilisateurs dans le monde, 3,5 millions de téléchargements par jour et 25% de part de marché à l’échelle du globe. Avec une singularité en Europe de l’Est : nous sommes la navigateur dominant dans 17 pays de ce bloc régional.

ITespresso.fr : Comment expliquez-vous la percée de Firefox ?
Tristan Nitot : Il y a une poignée de développeurs motivés qui avaient une vraie vision déterminante de ce qui pouvait être le Web. Ils en ont eu marre des multiples limites fixées par IE6 dans leurs développements au quotidien. Rappelons-nous du contexte en avril 2004 : c’est l’époque de la sortie de Gmail. Cette application en Ajax a fait figure d’OVNI à l’époque. On entrait vraiment dans une démarche applicative. Un potentiel inouï mais les coûts de développement étaient importants car il fallait vivre avec les défauts d’Internet Explorer. L’arrivée de Firefox a constitué une bouffée d’air face à IE qui ne respectait pas les standards du Web mais aussi en termes d’innovation et d’ergonomie.

ITespresso.fr : Le conflit règlementaire opposant l’Union européenne face à Microsoft a-t-il été déterminant dans l’émergence de Firefox ?
Tristan Nitot : Certainement pas. D’ailleurs, je ne suis pas certain qu’une régulation étatique ou européenne soit la meilleure des solutions. Je ne dirais pas que je suis déçu. Mais je regrette que Microsoft dispose d’un énorme avantage par rapport à ses concurrents en raison de la distribution d’Internet Explorer associée à Windows. Je note la volonté de la Commission européenne de bien faire les choses avec le “ballot screen”. Il faudrait organiser une période d’essai, voir comment les gens réagissent et modifier le dispositif si nécessaire. Mais la régulation ne sait pas faire cela.

ITespresso.fr : Firefox se trouve en position de principal challenger d’Internet Explorer. Envisagez-vous de prendre sa place de leader mondial ?
Tristan Nitot : Oui, c’est effectivement possible. Ce ne serait pas désagréable mais ce n’est pas notre objectif. Ce qui compte pour nous, c’est qu’Internet soit au service des gens, ouvert et participatif. Pour y parvenir, il est nécessaire que nous ayons une influence sur le marché des navigateurs. Il suffit de se montrer innovant et d’être présent dans l’esprit des gens. Et que l’on pousse nos concurrents à s’aligner en termes de fonctionnalités. Cela passe par la disparition d’IE6 qui est un navigateur boulet pour les développeurs et qui ne supporte pas les standards du Web et qui empêche de développer des applications plus modernes.

Microsoft et les standards du Web, Firefox for Mobile, Innovations sur les navigateurs…lisez la fin de l’interview page 2


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur