Truffle 100 : les éditeurs de logiciels donnent la priorité à la profitabilité

Cloud

Dassault Systèmes, Sopra Group et Murex…C’est le trio de tête du tout frais palmarès 2010 des 100 premiers éditeurs français de logiciels. Vers un retour du “business as usual” ?

Les éditeurs de logiciels ont montré leur capacité de résistance en temps de crise. Mais vont-ils profiter du rebond esquissé ?

Le fonds d’investissement Truffle Capital publie la septième édition de son palmarès des 100 premiers éditeurs de logiciels en France (par chiffre d’affaires).

“Nous sommes dans un contexte où les éditeurs n’ont pas coupé les dépenses R&D”, constate Bernard-Louis Roques, co-fondateur de Truffle Capital* en charge du portefeuille des TIC.

“Cette année, la reprise est timide mais la priorité est donnée à la profitabilité.”

Ainsi, si l’on prend le critère du ratio résultat net sur chiffre d’affaires, les éditeurs de logiciels inclus dans le palmarès semblent demeurer en convalescence : 6,6%. Certes, c’est mieux que l’an dernier (4,3%) mais on n’a pas retrouvé le niveau d’antan (7,6% en 2008).

Sur le front de la création d’emplois dans le secteur des logiciels, la fin d’année 2010 a permis de rattraper le temps perdu (un millier de postes créés au compteur sur un total de 57 000).

Les opérations de “fusion-acquisition” se font rares : 16 en tout sur l’année 2010 et deux en France. Emailvision a été repris par le fonds américain Francisco Partners tandis qu’Exalead est entré dans le giron de Dassault Systèmes.

On devrait s’attendre à un réveil des transactions de type “FUSACQ” car les éditeurs américains ont regonflé leur niveau de cash pendant la crise. Et ils devraient afficher une certaine boulimie d’expansion.

Sur le classement Truffle 100, les lignes ont bougé sans véritable révolution : 16 éditeurs sont “en progression”, 15 ont conservé leur place et 54 ont perdu au moins une place.

12 sont sorties du palmarès en raison d’un chiffre d’affaires insuffisant ou en raison d’un rapprochement.

Mais 15 nouveaux éditeurs ont fait leur apparition dans le classement.

La liste au sommet du palmarès reste stable : Dassault Systèmes, Sopra Group et Murex forment le trio de tête.

Cegedim Activ et Generix Group sortent du top 10 (on les retrouve en 11ème et 12ème position), au profit d’Isagri (9ème) et Berger-Levraut (10ème).

Grosso modo, on peut considérer “qu’une centaine d’éditeurs réalisent un chiffre d’affaires qui tournent autour du million d’euros en France” selon Bernard-Louis Roques.

Sachant que le 100ème éditeur du Truffle 100 affiche un CA de 7 millions d’euros.

L’industrie du logiciel en France suit trois grandes tendances : le cloud (59%), les applications mobiles (39%) et la gestion des processus métiers (25%).

Retrouvez l’intégralité du classement sur Truffle100.fr

*Truffle Capital est actionnaire de Netmediaeurope, éditeur d’ITespresso.fr

Méthodologie
“Le palmarès Truffle 100 est réalisé à partir d’une enquête par questionnaire. Il est effectué sur la base des données transmises par chaque entreprise participante, complétées dans certains cas par des sources extérieures.”L’étude est menée avec le soutien d’Eric Besson, ministre en charge de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, et en partenariat avec le CXP (Centre d’eXpertise des Progiciels).

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur