Twitter a encore été la cible d’une nouvelle attaque

Cloud

Après une première attaque DoS survenue la semaine dernière, Twitter a de nouveau été pris pour cible ce 11 août. Le site perfectionne aujourd’hui son système de maintenance.

La série noire continue. Alors que le jeudi 6 août, Twitter a été la cible, tout comme Facebook et Google, d’une attaque massive par déni de service (DoS-Denied of Service), qui a désorganisé et paralysé le service communautaire pendant plusieurs heures, le site de micro-blogging a été victime d’une nouvelle cyber-attaque dans la journée du 11 août.

Twitter fait part de cette information sur son blog d’état de service, sans toutefois donner beaucoup de précisions. Le réseau social indique ainsi qu’il se remettait d’une nouvelle attaque et que, pour le moment, il “analysait les données de ses serveurs” pour identifier la nature de cette nouvelle cyber-attaque.

Suite à ce nouvel événement, Twitter a annoncé qu’il travaille actuellement à améliorer son système de maintenance. Ayant pris le parti de ne pas arrêter le fonctionnement du site pendant la durée de cette importante mise à jour, Twitter a prévenu ses utilisateurs qu’ils pouvaient rencontrer certains problèmes lors de leur navigation sur le service, comme des messages d’erreurs ou des ralentissements.

Intronisé nouvelle star du Web communautaire, aux côtés de Facebook, Twitter semble être devenu une cible de choix pour les pirates. L’attaque massive de la semaine dernière visait un blogueur géorgien, baptisé Cyxymu, qui possédait des comptes sur Twitter, Facebook, LiveJournal, Blogger et YouTube. Ce piratage a ainsi permis de faire déborder les boîtes e-mails des millions de membres de Twitter, Facebook & Cie de spams, en leur faisant croire que ces pourriels avaient été expédiés directement par le blogueur géorgien dissident. Cyxymu soupçonne les autorités russes d’être derrière cette cyber-attaque.

Interrogé par la rédaction d‘ITespresso.fr, François Paget, expert en sécurité auprès de la société McAfee, estime que “les systèmes de protection du réseau installés par Twitter ne suivent pas. Avec les solutions de sécurité IT actuellement sur le marché, il est pourtant possible de bloquer les attaques DDoS, quelle que soit la plate-forme.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur