Uber : la guerre des prix de Pékin à Paris

Apps mobilesMobilité
uber-prix-paris
2 10

Malmené en France, Uber va rabaisser ses tarifs à Paris comme il l’a notamment fait en Chine. Deux offres sont concernées : UberX (VTC pros) et UberPool (covoiturage).

Présent à Paris depuis bientôt quatre ans avec ses services de transport de particuliers, Uber a pu constater à quel point la demande est sensible aux prix.

Pour renforcer l’attractivité de son offre dans la capitale face aux initiatives des taxis, des exploitants de VTC et de nouveaux acteurs spécialisés sur les trajets nocturnes ou encore le covoiturage courte distance, l’entreprise américaine utilise la même technique que celle mise en oeuvre à plusieurs reprises sur le marché chinois : baisser ses tarifs.

Premier service concerné : UberX et ses chauffeurs professionnels de berlines. Les prix seront rabotés de 20 % à compter du vendredi 9 octobre 2015, d’après Thibaud Simphal. Le directeur général d’Uber France annonce également au Figaro un rabais de 25 % tous les jours entre 20 h et 6 h pour l’offre UberPool (covoiturage).

A l’heure actuelle, le prix de base à Paris pour un trajet en UberX est de 2 euros additionnés de 25 centimes à la minute et 1,40 euro par kilomètre. Le montant minimum de la course est de 8 euros. Des majorations sont applicables en fonction de la demande – on se souviendra de cette explosion des prix lors de la dernière nuit de la Saint-Sylvestre…

Uber a aussi mis en place des tarifs forfaitaires pour les voyages vers et depuis les aéroports. Par exemple 35 euros d’Orly à Paris rive gauche ou Boulogne ; 45 euros de Charles-de-Gaulle à Paris rive droite, Neuilly, Levallois ou La Défense.

Thibaud Simphal assure que les chauffeurs ne perdront pas en chiffre d’affaires, la hausse de la demande compensant la baisse des prix. Il n’est toutefois pas encore question de procéder comme en Chine, où des bonus allant jusqu’à 230 % de la rémunération standard peuvent être accordés aux heures de pointe, pour s’assurer qu’il y ait toujours suffisamment d’offre.

Légalement autorisé à fixer ses modes de tarifs après avoir obtenu gain de cause sur une saisine du Conseil constitutionnel, Uber préparait depuis plusieurs mois son offensive à Paris. Elle est lancée à un moment stratégique, quelques mois après la suspension d’UberPOP et en amont du procès en correctionnelle qui attend Thibaud Simphal et son associé Pierre-Dimitri Gore-Coty.

Les deux dirigeants seront jugés en février 2016. Ils devront répondre de pratiques commerciales trompeuses, de complicité d’exercice illégal de la profession de taxi et de traitement de données informatiques illégal.

Crédit photo : Israel Gil – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur