UFC-Que Choisir : “Touche pas à mon iPhone multi-opérateurs”

Mobilité

L’association de défense des consommateurs maintient la pression devant la justice. L’accord d’excluvisité Orange-Apple pour l’iPhone doit sauter.

Petit flashback après les fêtes de fin d’année : le 17 décembre dernier, le Conseil de la concurrence a rendu une décision qui tendait à briser l’accord d’exclusivité conclu entre Orange et Apple pour la distribution de l’iPhone en France. Depuis, le duo visé a rapidement fait appel. On peut comprendre le vif intérêt d’Orange à garder son pré-carré : au troisème trimestre, un terminal sur deux qu’il vend est un iPhone.

La saga a repris en ce début d’année. Ainsi, lors d’une audience en date du 6 janvier devant la cour d’appel de Paris, l’UFC-Que Choisir, intervenante à la procédure, a soutenu la décision prise par le Conseil de la concurrence, considérant l’exclusivité Orange-Apple sur l’iPhone comme “une atteinte grave et immédiate à la liberté de choix des consommateurs et à la concurrence”.

“Sa remise en cause serait un immense gâchis”, poursuit l’association de défense des droits des consommateurs. Celle-ci met en avant un exemple de baisse flagrante des tarifs dès lors que la distribution du smartphone est libre. “Pendant la période des fêtes, le prix de l’iPhone nouvellement vendu avec un forfait Bouygues Telecom [opérateur à l’origine de la plainte, ndlr] est descendu jusqu’à 19 euros.”

Avant l’intervention du Conseil de la concurrence, il fallait débourser environ 600 euros pour obtenir un iPhone sans abonnement Orange et un supplément de 100 euros pour le déblocage (désimlockage).

Outre l’accord exclusif Orange-iPhone, l’UFC-Que Choisir s’en prend également à SFR dans son communiqué de presse. Le deuxième opérateur mobile français  a signé un partenariat très impliquant avec le fabricant canadien Research in Motion pour le nouveau modèle Blackberry Storm.

Un arrêt attendu d’ici le 4 février
Selon l’édition des Echos en date du 7 janvier, l’audition de mardi devant la cour d’appel de Paris a réuni des représentants d’Orange et Apple, du Conseil de la concurrence, de la DGCCRF, et Bouygues Telecom à l’origine de la plainte. UFC-Que Choisir et SFR ont décidé d’entrer dans la procédure. La cour d’appel de Paris devrait prendre son arrêt d’ici le 4 février.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur