Un groupe de fabricants de mémoire accusé d’entente tarifaire

Mobilité

34 Etats américains accusent un “cartel DRAM” d’avoir maintenu artificiellement des prix élevés pendant quatre ans.

Un groupe de 34 états américains s’est formé pour intenter une procédure judiciaire à l’encontre de sept fabricants de puces mémoires DRAM accusés d’entente tarifaire. Infineon Technologies, Hynix Semiconductor, Micron Technology, Mosel Vitelic, Nanya Technology, Elpida Memory et NEC Electronics sont accusés de s’être entendus afin de faire monter les prix de manière artificielle. Samsung, le plus grand fabricant mondial de puces mémoires, demeure exclu du banc des accusés.

Entre 1998 et 2002, les sociétés se seraient rencontrées régulièrement dans le but de fixer le prix des puces mémoires.

“L’entente tarifaire remet en cause les principes de libre concurrence et de ‘fair play’ qui constituent l’essence même de notre système économique et garantissent la protection aussi bien des entreprises que des consommateurs.”, a déclaré le procureur général de l’Etat de Californie, Bill Lockyer.

“Les prévenus impliqués dans cette affaire ont truqué le marché américain pour ce composant informatique essentiel, en s’associant pour maintenir des prix artificiellement élevés. Dans la pratique, les victimes de cette manoeuvre ne sont autres que les consommateurs, les instances gouvernementales, les écoles et les contribuables.”, poursuit Bill Lockyer “Le procès en cours cherche un moyen de dédommager les victimes tout en s’assurant que les accusés ne puissent plus violer les principes fondamentaux au bon fonctionnement de notre vie économique.”

Une affaire similaire avait été engagée en 2002 par le ministère de la Justice américain. Samsung, Hynix, Infineon et Elpida avaient été reconnus coupables des faits et avaient été condamnés à verser une amende de 730 millions de dollars.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 17 juillet 2006


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur