Un ponte de Microsoft esquisse l’informatique de demain

Cloud

Lors de l’édition 2007 de l’International Supercomputing Conference, le Dr
Burton Smith a prôné une nouvelle perception de l’informatique.

Les fondements des sciences informatiques et de l’ingénierie
doivent être secoués et réinventés pour s’adapter à l’adoption massive des processeurs multi-coeurs, explique le Dr Burton Smith*, en qualité de technical fellow (titre honorifique attribué à des visionnaires du monde informatique) chez Microsoft. C’est l’un des anciens scientifiques responsables des superordinateurs Cray.

Dans son discours d’inauguration à l’International Supercomputing Conference de Dresde (Allemagne), Burton Smith a déclaré que le “point d’inflexion” pour basculer vers l’informatique parallèle avait été atteint.

“Notre secteur et les universités doivent travailler de concert pour réinventer non seulement l’informatique, mais également toute la profession” , a-t-il clamé. “Les années à venir verront le paysage logiciel se redessiner et transformeront la manière dont les clients utilisent et interagissent avec les ordinateurs.”

Le Dr Burton Smith poursuit : “Pour permettre au consommateur de profiter des améliorations de performance à venir, les fournisseurs de technologies de masse devront adopter l’informatique parallèle pour se différencier et s’imposer. Il est essentiel que les logiciels et matériels s’adaptent aux nouveaux modèles informatiques.”

Burton Smith invite les éditeurs de logiciels commerciaux à collaborer avec les communautés académiques et scientifiques pour donner l’impulsion nécessaire à la nouvelle vague d’innovations en créant des logiciels, des outils et des normes permettant d’abattre les barrières qui se dressent devant l’informatique parallèle.

Alors que les performances des processeurs uniques ont tendance à se stabiliser, Burton Smith s’attend à trois problèmes majeurs : l’Instruction-Level Parallelism, c’est à dire un type de parallélisme présent dans tout programme exploité par les processeurs superscalaires, est en passe d’atteindre ses limites (“le mur ILP”) ; la puissance par puce devient extrêmement élevée (“le mur de puissance”) et les mémoires caches perdent de l’impact (“le mur mémoire”).

“Les microprocesseurs sont aujourd’hui multi-coeurs et/ou multi-threads. Mais jusqu’à présent, ils reposent globalement sur le même type d’architecture” , explique Burton Smith.

Du fait de ces contraintes, l’informatique parallèle est nécessaire pour offrir les performances supérieures qui permettront d’abattre ces barrières et de continuer à offrir des ordinateurs toujours plus performants et rapides.

Mais la programmation parallèle est aujourd’hui plus complexe que la programmation série car les développeurs doivent tenir compte des données et des instructions qui peuvent être réparties sur toute une variété de processeurs.

Burton Smith invite les entreprises du secteur à collaborer pour développer les paradigmes nécessaires à la réussite de la programmation parallèle pour chaque développeur de programmes.

La bonne nouvelle, selon lui, c’est que “grâce à l’informatique de haute performance, nous avons déjà des bases et ne partons pas de zéro”. En concluant: “Ceux qui ont inventé la programmation sont toujours en vie. Nous l’avons déjà fait, nous pouvons le refaire.”

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 27 juin 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur