Un soutien de poids en faveur de la fusion HP/Compaq

Cloud

Les héritiers de la famille Hewlett-Packard, qui s’opposent au projet de fusion entre HP et Compaq, viennent d’être désavoués par une très influente firme de conseil qui s’est prononcée en faveur de ce projet. Toutefois, la bataille ne semble pas encore gagnée pour Carly Fiorina.

Les analystes sont encore partagés sur le projet de la fusion entre les groupes informatiques Hewlett-Packard et Compaq. Pourtant, le 5 mars au soir, Carly Fiorina, PDG de HP vient de recevoir un soutien de poids. Institutional Shareholder Services (ISS), une société indépendante de conseil aux investisseurs, très influente, a donné un avis favorable au projet de fusion, d’un valeur totale estimée à plus de 20 milliards de dollars. “Sur la base de notre étude des perspectives stratégiques et financières d’une fusion entre Hewlett-Packard et Compaq, nous recommandons que les actionnaires de HP votent pour la fusion“, a déclaré Patrick McGurn, vice-président d’ISS. L’avis est d’autant plus important que la société de conseil a comme clients quelque 950 entreprises et investisseurs institutionnels, lesquels détiennent au total environ 23 % du capital de HP.

Mais cette prise de position ne sera peut être pas suffisante pour convaincre la majorité des actionnaires. Les descendants des deux cofondateurs de Hewlett-Packard s’opposent à la fusion des deux sociétés. Selon eux, Compaq ne serait pas le bon candidat (voir édition du 7 novembre 2001). Ensemble, ils représentent

18 % des actions du groupe. Un total insuffisant pour faire échouer à eux seuls la fusion. Aussi les deux familles tentent de rallier les investisseurs. Les analystes estiment à 20 % environ la part des actionnaires de HP défavorables au rapprochement des deux groupes.

Différence de point de vue avec Carly Fiorina

Pour les opposants à la fusion, le rapprochement des deux sociétés intervient à un moment où les ordinateurs personnels deviennent un bien de consommation courant sur lequel il est difficile de gagner de l’argent. Walter Hewlett, le plus virulent des opposants souhaite plutôt mettre l’accent sur la division imagerie et imprimantes, beaucoup plus rentable à ses yeux. Carly Fiorina, de son côté, estime que la nouvelle entité globale dégagera plus d’argent que si HP faisait cavalier seul.

S’il ne fait aucun doute que l’annonce d’ISS est d’un certain poids, certains sont pourtant loin d’être convaincus. La Bank of America estime ainsi que la balance penche toujours en défaveur de la transaction, quel que soit l’avis d’ISS”rapporte l’AFP. Les actionnaires de HP devront se prononcer le 19 mars et ceux de Compaq le 20. Entre-temps chaque va tenter de convaincre chaque actionnaire…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur