Une fausse offre d’Ikea affole la communauté Facebook

Cloud

Une arnaque bien ficelée autour d’un faux bon plan Ikea via Facebook a été repérée. Mais des dizaines de milliers de membres seraient tombés dans le panneau.

L’histoire pourrait faire sourire mais démonte bien les pièges que recontrent les internautes qui manquent de vigilance vis-à-vis de la sécurité de leurs données personnelles.

Et elle fait d’autant plus tâche que Facebook vient de lancer un nouveau centre de sécurité.

Récemment, une fausse page “Ikea”, créée sur le réseau social, proposait un bon d’achat de 1000 dollars à ceux qui y adhéraient [“devenez fan”, ndlr].

Détail troublant : pour profiter de l’offre alléchante, il fallait se rendre sur un autre site et communiquer des informations (évidemment des données personnelles comme le nom, l’adresse, la date de naissance…).

Ikea n’a pas tardé à réagir : cette offre était en réalité l’œuvre d’individus malveillants.

Au total, près de 40 000 membres de Facebook étaient devenus “fans” en quelques jours.

Il n’est pas possible de savoir combien d’internautes se sont ensuite rendus sur le site frauduleux pour y laisser leurs données personnelles.

Pour des marques comme Ikea, l’affaire soulève la problématique du contrôle de l’image de marque pour désamorcer ce type d’incident au plus tôt.

Facebook se dit vigilant mais c’est Ikea qui a tiré le signal d’alarme

De son côté, Facebook déclare pourtant agir rapidement et minimise l’incident.

Interrogé par PC World, Simon Axten, porte-parole du réseau social, tient de propos rassurants : il s’agit d’un problème à “petite échelle” et ce type de pages Facebook – clairement une arnaque en ligne – est rapidement retiré avant propagation.

Plusieurs chaines américaines de la grande distribution et des marques high-tech comme Apple ont déjà été confrontées à ces tentatives de détournement sous forme d’offres commerciales “à ne pas rater” (bon d’achat, ristourne, cadeau…).

Mais, pour Ikea, ce serait quand même la deuxième fois.

Contacté par le site LePost, Ikea France précise qu‘”en fait, c’est plutôt nous qui avons informé le réseau social. Nous avions repéré cette fausse page. Nous avons donc contacté Facebook afin qu’il la retire. Il faut dire que nous avions été victime d’une arnaque similaire à la fin du mois de mars. Dans les deux cas, Ikea avait appelé Facebook dès le repérage de ces pages.”

Avant d’ajouter que cela n’a jamais, en l’état actuel, concerné Ikea France.

“Certains indices doivent alerter les internautes. Un chèque-cadeau de 1.000 dollars, est-ce plausible? Non, évidemment. Ce n’est pas du tout dans les codes de notre entreprise. Il y a donc une vraie pédagogie à faire auprès des utilisateurs” précise la société.

Aucune plainte ne devrait être déposée par le spécialiste suédois du meuble en kit qui assure qu’une veille est effectuée sur le Web à propos de la marque.

Dans ces cas-là, l’e-réputation prend tout son sens.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur