Vente d’objets nazis en ligne : l’ancien PDG de Yahoo est relaxé

Mobilité

Dans l’affaire qui oppose le Mrap allié à une association d’anciens déportés d’Auschwitz et Tim Koogle, la cour d’appel de Paris a confirmé la relaxe de l’ancien manager numéro un du groupe Internet.

Timothy Koogle peut souffler. L’ancien PDG de Yahoo, poursuivi pour “apologie de crime et pour port ou exhibition d’uniforme, d’insigne ou d’emblème d’une personne coupable de crime contre l’humanité”, vient d’obtenir de la cour d’appel de Paris la confirmation de sa relaxe dans l’affaire qui l’opposait au Mrap* et une association d’anciens déportés d’Auschwitz. Au centre de la polémique qui avait éclaté au début de l’année 2000 : la mise en vente en ligne d’objets à caractère nazi sur le site américain de Yahoo.

La cour d’appel de Paris a rappelé que Tim Koogle ne pouvait pas être tenu pour responsable des objets à caractère nazi mis aux enchères. “Les informations incriminées n’avaient pas pour auteur Yahoo et n’étaient ni classifiées ni retouchées par cette société”, affirme l’arrêt de la 11ème chambre de la cour, selon les termes repris par l’AFP. “Il résulte des pièces produites que l’architecture du site ne comportait aucune rubrique, catégorie ou sous-catégorie préétablie se rapprochant du mot nazi ou le suggérant.” précise la décision de justice.

Le 11 février 2003, le tribunal correctionnel de Paris a relaxé Tim Koogle. A cette époque, le parquet avait requis la condamnation avec dispense de peine de l’ancien PDG aux commandes du groupe pionnier Internet entre 1995 et mars 2001.

* Mouvement pour la lutte contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur