Viadeo : la base de données BtoB convoitée par plusieurs repreneurs

BourseCloudEntreprise
viadeo-reprise-liste-candidats
5 27

Selon Les Echos, six candidats ont manifesté un intérêt pour reprendre Viadeo en redressement judiciaire. La SFAM et Le Figaro seraient bien placés.

La liste des repreneurs potentiels et sérieux de Viadeo devrait être élaguée dans la journée. Le tribunal de commerce de Paris devrait entendre les prétendants pour le rachat du réseau social professionnel placé en redressement judiciaire depuis fin novembre.

Les Echos a publié une liste de six acquéreurs qui convoitent Viadeo coté en Bourse : Figaro Classifieds (filiale de petites annonces du groupe éponyme de presse), Leboncoin (filiale du groupe média norvégien Schibsted), One More Company (start-up américaine créée par deux Français, qui édite les solutions Sende.rs et Trackbuster et qui a acquis Evercontact dans le courant de l’été), Rivalis (filiale du groupe Phosphore pour le pilotage des TPE/PME), la Société Française d’Assurance Multimedia (SFAM, spécialiste de l’assurance des produits high-tech) et le cabinet de conseil Ethics Group.

Au regard des profils d’entreprises pour la reprise, on perçoit l’intérêt que suscite la base de données des membres Viadeo (10 millions mais on ignore la part réellement active). Une sixième proposition non identifiée aurait émergé mais elle ne serait que purement « symbolique ».

Alors que la référence du segment de marché LinkedIn a été acquise par Microsoft pour un montant de 26 milliards de dollars aux Etats-Unis, la gestion du dossier Viadeo est plus douloureuse en France.

Selon Les Echos, les offres de reprise déposées ne dépassent pas 1,5 million d’euros. Les propositions du Figaro et de SFAM semblent sortir du lot.

Les conditions de reprise au niveau social seront scrutées. Sur ce volet, la SFAM serait le « mieux-disant » avec 122 des 126 salariés actuels qui resteraient dans la société (on recensait encore 157 collaborateurs Viadeo à la fin du premier semestre 2016).

De leur côté, Le Figaro et Leboncoin accepteraient de reprendre une tranche de 80 à 90 salariés.

Après avoir entendu les prétendants, le tribunal de commerce pourrait désigner le nom du repreneur officiel d’ici la fin de l’année.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur