Vidéo Cyril de Metz (Nerim) : “Prêt pour la fibre et le cloud et bientôt le VDSL 2”

CloudEntrepriseGestion cloudManagementNominations
nerim-telecoms-pme-fibre-cloud-vdsl2

Le P-DG de Nerim aborde les nouveaux services lancés par l’opérateur télécoms alternatif : fibre et cloud. En cas de validation technique, il perçoit du business autour du VDSL 2.

Dans le paysage des opérateurs télécoms alternatifs, Nerim est un pionnier en France.

Depuis 1999, il adresse diverses solutions de connexions (Internet, téléphonie centrex, hébergement de serveurs…) au monde des TPE-PME.

Le prestataire télécoms parisien, qui dispose d’un effectif d’une cinquantaine de personnes, devrait réaliser en 2012 un chiffre d’affaires 26,5 millions d’euros (23,9 millions en 2011).

Nous avions rencontré Cyril de Metz, P-DG de Nerim, à l’occasion du salon Cloud IT Expo (23-25 octobre 2012, Paris Expo Porte de Versailles).

L’entretien nous a permis de faire le point sur l’évolution du catalogue de services proposés. En particulier la fibre et la dimension cloud évoquée à travers un livre blanc.

Un point a également été fait sur les enjeux liés au déploiement du VDSL 2, du nom d’une technologie d’accès pour la montée en débit (en cours de validation technique auprès des opérateurs et de l’ARCEP).

Suivez l’interview vidéo sur ce point, elle est riche d’enseignements.

On le sait : Nerim jongle avec les technologies d’accès. En décembre, Nerim effectue un focus sur les liaisons SDSL – EFM avec la technologie g.SHDSL.bis (eSDSL), offrant des débits “jusqu’à 20 Mbit/s symétriques”.

Elle sera bientôt disponible dans toute la France pour compléter la gamme de solutions de connexion Internet que fournit Nerim en fibre et en DSL.

EFM : l’alternative ATM qui permet de récupérer de la bande passante
Avec la technologie g.SHDSL.bis (eSDSL), Nerim effectue un focus sur les avantages du transport de données EFM, “qui permet d’obtenir des débits jusqu’à 16 Mbit/s symétriques et sans subir la perte de 25% de bande passante liée à l’utilisation d’ATM”. Il permet d’obtenir des débits réels supérieurs car il évite “l’overhead” (découpage des paquets IP en cellules ATM). “Remplacer ATM par EFM permettrait donc de récupérer 25% de bande passante perdue”, selon Nerim. A condition d’utiliser des DSLAM modernes.

A consulter en complément  : Interview vidéo Cyril de Metz sur le salon IP Convergence (Silicon.fr, novembre 2012)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur