Vidéo Jean-Baptiste Hironde : “edjing est la dixième application musicale mondiale”

Régulations
edjing-jean-baptiste-hironde

LeWeb 2014 : Jean-Baptiste Hironde revient sur l’historique et les perspectives de sa société edjing, éditrice d’une application de mix musical.

Plus de 35 millions de téléchargements sur les app stores, 2,5 milliards de dollars levés fin 2013, 40 % de l’audience et du chiffre d’affaires désormais réalisés aux Etats-Unis : le business s’accélère pour edjing.

Fondateur de cette société implantée à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), Jean-Baptiste Hironde était présent sur LeWeb Paris 2014 pour évoquer ses perspectives de croissance et revenir sur deux années d’exploitation de l’application edjing. Il revient également sur la genèse de l’entreprise – pendant ses études en école aéronautique – et sur son choix de créer une solution 100 % logicielle en développant des solutions de traitement sonore propriétaires.

Misant sur des mécaniques virales, edjing s’est hissé, sans le moindre budget marketing, au 10e rang mondial sur le segment des applications musicales. Son lancement sur iPhone remonte à 2012, avec à la clé 400 000 téléchargements en trois semaines. Aujourd’hui disponible sur Windows et Android, l’application a enregistré 25 millions de téléchargements au cours des 12 derniers mois. Son modèle économique est de type “freemium” : l’accès est gratuit, mais certaines options (par exemple des effets sonores) sont payants.

Après une année 2014 de tous les records pour edjing, Jean-Baptiste Hironde reconnaît que les relais de croissance se trouvent dorénavant ailleurs. La diversification a débuté en février dernier avec le lancement de l’application Equalizer, développée en trois semaines et téléchargée 10 millions de fois depuis lors.

edjing compte lancer une gamme de services plus large explorant les différentes verticales du mix, en tant que complément à Spotify, Deezer et consorts, intégrables via des interfaces de programmation (API). “La société est rentable [et] il reste encore du capital de notre dernière levée de fonds“, confie Jean-Baptiste Hironde. Et d’ajouter, sans exclure une introduction en Bourse à plus long terme : “On suit le chemin des Deezer et des Blablacar“…

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les grands groupes français du Web ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur