Vie privée : Facebook replonge au Canada

Cloud

La Commissaire à la protection de la vie privée du Canada lance une nouvelle enquête sur les pratiques de Facebook et ses nouveaux paramètres censés favoriser la confidentialité des données.

L’harmonie entre Facebook et l’autorité équivalente de la CNIL au Canada n’est pas gagnée.

Jennifer Stoddart, Commissaire à la protection de la vie privée du Canada, affirme avoir reçu de nombreuses plaintes concernant les changements apportés aux paramètres de confidentialité récemment mises en place par le réseau social.

Des modifications sur la gestion des données personnelles qui avaient provoqué quelques remous au sein de la communauté.

“En réaction à une nouvelle plainte du public, la commissaire à la protection de la vie privée du Canada lance une autre enquête sur Facebook”, peut-on lire sur le site Internet de l’autorité.

Le cas signalé au Canada ressemble à d’autres plaintes relevés dans d’autres pays depuis l’instauration fin 2009 par Facebook d’un outil de révision des paramètres censés favoriser la confidentialité.

C’est plutôt l’inverse. Le plaignant canadien allègue que les nouveaux paramètres retenus par défaut sur le réseau social auraient rendu plus visible ses renseignements personnels.

Efforts de transparence insuffisants

Le Canada se montre vigilant sur les questions de la protection de la vie privée.

En juillet 2009, Jennifer Stoddart avait déjà mis en garde Facebook contre ses pratiques d’exploitation des données personnelles jugées irrespectueuses.

Un an auparavant, elle avait émis une vingtaine de recommandations à l’intention des dirigeants de la plate-forme communautaire au nom d’une mise en conformité à la loi canadienne.

Même si Facebook défend régulièrement sa politique de protection des données personnelles en mettant en avant ses divers outils de contrôle, il reste encore beaucoup à faire en termes de réelle transparence.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur