Violation de brevets : la machine redémarre fort pour Apple

Cloud

Nouvelle plainte à l’encontre d’Apple, qui, avec Mac OSX, violerait un brevet de redémarrage rapide de systèmes informatiques. LG en serait le détenteur et donc la victime, mais c’est OSS Systems qui a déposé le recours en justice.

Apple se serait-il rendu huit fois coupable d’une infraction à la propriété intellectuelle sur des brevets de réinitialisation de systèmes informatiques ? C’est ce que prétend OSS Systems, une société basée en Floride et inconnue au bataillon.

Huit versions de Mac OS X pour autant de violations d’un seul et même brevet. La Cour de Floride devra juger de cette accusation pour régler l’affaire initiée par une société tierce a priori sans lien avec la véritable victime désignée : LG.

L’entente était pourtant cordiale entre les deux parties, qui avaient même signé il y a quelques années un accord évalué à un demi-milliard de dollars.

Le constructeur sud-coréen produit d’ailleurs encore à l’heure actuelle les dalles qui équipent les appareils de la “marque à la pomme”.

OSS fait toutefois table rase des partenariats et en appelle à la justice. La société prétend “qu’Apple commercialise des systèmes informatiques munis d’une déclinaison de Mac OSX, lequel viole au moins l’une des mesures du brevet en question“.

En ce qui concerne ce fameux brevet, il a initialement été déposé en 1999, avant d’être concédé en 2002. Il décrit en quatre étapes un processus de (re)démarrage rapide.

Configuration bootEn résumé, la machine effectue un premier test du BIOS, et débute le démarrage à proprement parler, en s’assurant que ni la configuration matérielle, ni les fichiers d’amorçage, n’ont été modifiés.

Auquel cas les changements sont stockés en mémoire et la procédure, relancée jusqu’au chargement de l’interface graphique (GUI).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur