Vodaphone lorgne sur Cegetel et SFR

Mobilité
Information - news

Cegetel et SFR pourraient tomber entre les mains du britannique Vodaphone. En effet, ce dernier vient de proposer de racheter l’ensemble des parts du capital de Cegetel. Si l’offre de Vodaphone pourrait assurer un désendettement rapide de Vivendi Universal, elle marquerait la fin des ambitions du groupe dans les télécoms.

L’opérateur britannique Vodaphone a annoncé officiellement la reprise des parts de deux actionnaires du capital de Cegetel. Il rachèterait ainsi les 26 % de BT Group et les 15 % de SBC, portant dès lors à 56 % sa participation dans l’opérateur français. Le britannique – qui détenait déjà 15 % de Cegetel – deviendrait alors également majoritaire dans SFR, dont il possédait jusqu’à présent 20 %, (les 80% restants appartenant à Cegetel). Mais Vodaphone ne compte pas en rester là et souhaite carrément faire main basse sur la totalité du capital de Cegetel. Pour cela, il vient de proposer 6,77 milliards d’euros à Vivendi Universal pour lui racheter entièrement ses parts.

Vivendi Universal possède toutefois un droit de préemption qui court jusqu’au 10 novembre pour racheter les parts de BT Group et SBC. Reste que la mauvaise situation financière du groupe pourrait le contraindre à laisser partir Cegetel et par là même SFR, gros générateur de cash-flow. Vivendi Universal devrait en effet débourser 2,6 milliards d’euros en cash afin de faire jouer son droit de préemption. L’offre de Vodaphone tombe mal pour VU qui n’a toujours pas vendu son pôle édition, vente qui devrait lui assurer une rentrée d’argent frais.

Validation par l’ART

La proposition de Vodafone devra être validée par l’Autorité de régulation des télécoms. L’ART devra en outre s’assurer que toutes les conditions sont réunies pour satisfaire aux exigences liées aux licences de téléphonie mobile, licences UMTS comprises.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur