Voix sur IP : Keyyo favorise l’angle ‘plug and play’ pour son offre TPE

Cloud

Le nouvel opérateur lance une offre VoIP à partir de 10 euros HT par mois
destinée aux petites structures. Le tout avec un souci de simplicité.

Moult prestataires d’offres en voix sur IP (VoIP) scrutent la manière de toucher les TPE. C’est le cas de Keyyo, une nouvelle société fraîchement créée le mois dernier et installée à Clichy (Hauts-de-Seine). Elle est soutenue par PhoneSystems & Network, un groupe télécoms coté sur le Nouveau marché de la Bourse de Paris qui dispose d’un effectif de 50 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros en 2006.

Les services VoIP proposés par Keyyo sont mutiples : conférences à dix personnes, numérotation abrégée, groupe d’appels (les téléphones d’un même service sonnent en même temps ou successivement). Sous le principe de la messagerie unifiée, les messages vocaux peuvent arriver dans Outlook Express sous forme de fichiers .wav et les faxes arrivent sous forme de fichier PDF dans la messagerie?

Côté tarifs télécoms, le prestataire propose bien sûr les appels illimités vers les fixes en France et en Europe, ainsi que vers les fixes et les mobiles aux Etats-Unis et en Chine. Et vers les mobiles français Orange et SFR, la minute est à un prix très avantageux : 10 centimes hors taxes (12 centimes vers Bouygues), avec une facturation à la seconde.

Tous ces services sont désormais accessibles aux TPE (c’est à dire moins de 20 postes dans le prisme de Keyyo) prêtes à faire le grand saut vers la téléphonie sur IP. Le tout à partir de 10 euros HT par mois pour un poste (hors frais d’acquisition du téléphone VOIP ou d’un adaptateur pour téléphone classique), puis 15 euros HT par mois pour les postes suivants.

“Retrouvez la même simplicité qu’un téléphone traditionnel”

La proposition semble d’autant plus séduisante qu’il suffit de brancher le premier téléphone sur une prise réseau RJ45 pour qu’il fonctionne presque aussitôt. “Depuis un siècle, les gens sont habitués à acheter des combinés et à les relier à des prises téléphoniques”, rappelle Eric Saiz, président de Keyyo. “Nous voulons offrir la même simplicité avec la VoIP : pouvoir acheter un téléphone dans le commerce et le connecter au réseau.”

Keyyo affirme que six développeurs travaillent à temps plein depuis deux ans pour mettre au point cette technologie. De manière assez classique, celle-ci utilise le protocole de télécommunication SIP (Session Initiation Protocol) et le principe des solutions hébergées de type IP Centrex (un PABX hébergé et mutualisé chez l’opérateur).

Dans ce schéma de fonctionnement, chaque téléphone VoIP possède sa propre adresse IP qui lui permet de s’identifier sur Internet et donc auprès de Keyyo, chez qui, lors de la première connexion, il vient chercher ses paramètres.

Keyyo recommande d’acheter un téléphone Cisco Linksys SPA 922 (coût 154 euros HT, hors volets promotionnels) disponible sur son site Internet, ainsi que dans un certain nombre d’enseignes (Fnac, LDLC, Surcouf, Inmac Wstore et One Direct).

Capable de gérer 3000 communications SIP en simultané

Ensuite, si l’entreprise possède un seul poste, il n’y a rien à faire.
Entre 2 et 20 postes, il faut se connecter au site de Keyyo pour créer son réseau téléphonique. Un passage nécessaire pour l’attribution de tel numéro à telle personne ou la configuration du standard virtuel avec la numérotation abrégée ou les groupes d’appels.

Pour l’instant, le commutateur Alcatel 5020 dont Keyyo est équipé peut gérer simultanément jusqu’à 3000 communications SIP. “Mais sa capacité est complètement extensible en fonction des besoins?”, assure Eric Saiz. Au cas où le business prend son envol.

“Les manipulations sont assez simples, assure Eric Saiz. Elles ne demandent aucune compétence particulière. N’importe quelle personne habituée à faire des achats sur Internet et aux messageries peut le faire. Tout part de la création de l’annuaire téléphonique de l’entreprise, ce qui rend les choses encore plus concrètes et conviviales.”

Keyyo vise “10% du marché des TPE qui vont adopter la téléphonie sur IP au cours des prochaines années”, poursuit Eric Saiz. Cela fait un bassin potentiel de clients non négligeables. La France ne comptant pas moins de 1,3 million d’entreprises de moins de 50 salariés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur