WebTrends crée la gestion de relation visiteur

Cloud

CRM ou VRM ? Avec la dernière version de sa plate-forme CommerceTrends pour le reporting en temps réel du trafic Web, WebTrends prétend inventer la VRM, pour “visitor relationship management”. L’ère de la CRM, la gestion de la relation client, serait-elle déjà dépassée ?

Customer relationship management ou Visitor relationship management : ne parle-t-on pas finalement de la même chose ? Brent Hieggelke, directeur du marketing pour WebTrends, dit simplement que la VRM permet de faire avec les visiteurs de sites Web ? incluant les 95 % qui sont sur le point de faire un achat ? ce que la CRM fait pour les clients. Selon lui, “la différence entre la VRM et la CRM, c’est que la VRM concerne les cadres du marketing et non les commerciaux, sur lesquels les éditeurs de solutions de CRM se concentrent”, explique Brent Hieggelke.

Pour remettre l’analyse des profils des visiteurs des sites Web au devant de la scène et intégrer “l’approche VRM” de CommerceTrends aux systèmes existants, WebTrends rend public les spécifications de son propre cache de données de visiteurs appelé Webhouse et qui peut être servi par le système de gestion de base de données SQL (DBMS). Et Brent Hieggelke explique que la nature ouverte de l’approche autorise l’intégration d’applications tierces pour le data mining, la gestion et la personnalisation du contenu comme pour la plupart des systèmes de gestion de relation client. De plus, CommerceTrends 3.0 supporte un gestionnaire optionnel OLAP (online analytical processing) capable de générer des sources de données multi-dimensionelles pour un découpage flexible de l’information. Et ainsi venir à bout de l’énorme volume de données généré par les visiteurs de sites Web… CommerceTrends est disponible à partir de 30 000 dollars soit un peu plus de 200 000 francs HT et, l’option OLAP Manager, à partir de 12 500 dollars soit 86 000 F HT.

Pour en savoir plus : CommerceTrends 3.0


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur